Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.

Publié le par voir-ou-revoir
BEN - Musée Maillol - sept 2016

TOUT EST ART ?

Les vacances sont finies, c'est l'automne. Vous êtes tristes, déprimés : courrez au Musée Maillol !

Pour sa réouverture, le Musée Maillol se lance dans l'art contemporain en exposant un adepte de l'écriture et des petites phrases assassines ou philosophiques : BEN, Benjamin Vautier, octogénaire toujours aussi facétieux.

Dans un bric-à-brac de peintures, sculptures, installations, jeux, photos et vidéos (dont une délirante, lorsque proche du mouvement Fluxus, il exécutait des performances sur la Promenade des Anglais à NICE).

On prend un bain d'humour et ça fait un bien fou.

Merci BEN

Pour tout connaître sur lui voir son site : www.ben-vautier.com

BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016

Les performances

BEN - Musée Maillol - sept 2016BEN - Musée Maillol - sept 2016
BEN - Musée Maillol - sept 2016BEN - Musée Maillol - sept 2016

Les tableaux des pauvres

Le Fontana du Pauvre - Le Matisse du pauvre - Des yeux sur les iris de Van Gogh
Le Fontana du Pauvre - Le Matisse du pauvre - Des yeux sur les iris de Van GoghLe Fontana du Pauvre - Le Matisse du pauvre - Des yeux sur les iris de Van Gogh

Le Fontana du Pauvre - Le Matisse du pauvre - Des yeux sur les iris de Van Gogh

Exposition jusqu'au 15 Janvier 2017.

ET POUR CONCLURE :

BEN - Musée Maillol - sept 2016

Voir les commentaires

Publié le par voir-ou-revoir
Publié dans : #Expositions Province
Joaquin SOROLLA - Musée des Impressionnismes de Giverny - sept.2016

"Peintre !... Rien d'autre que peintre !... je n'ai jamais voulu être, ne veux et ne serai jamais rien d'autre qu'un peintre" Joaquim Sorolla

Au départ rien ne semblait pourtant facile. Né en 1863, orphelin très jeune, Sorolla est recueilli par sa tante et son oncle maternels.

Un photographe, Antonio Garcia Peris le fait travailler dans son atelier comme coloriste photographe. Plus tard, la production du jeune Joaquim en portera les traces notamment avec les cadrages de ses compositions en plongée et contre-plongée.

Sorolla étudie très tôt la peinture et s'imprègne des œuvres au Musée du Prado, en particulier Vélasquez.

Il entre aux Beaux Arts de Valence, obtient une bourse pour partir à Rome parfaire ses connaissances classiques.

Il se rend régulièrement à Paris, fréquente Bonnat, Rodin. Il s'intéresse à l'impressionnisme, connait le fauvisme et autres courants. Il découvre aussi les peintres nordiques dont les coloris vifs et lumineux l'inspireront.

Dès le milieu des années 1890, Sorolla reçoit de prestigieuses récompenses, dont le grand prix de l'exposition universelle de 1900 pour "Triste héritage".

photo web - toutes les photos qui suivent MP

photo web - toutes les photos qui suivent MP

En 1906 sa première exposition personnelle à Paris est un succès.

Son prestige grandit et s'étend lors d'expositions internationales. Il expose à l'Hispanic Sociéty of America de New-York en 1909 et l'immense succès qu'il remporte incite le fondateur de l'institution, Archer Milton Huntington, à lui commander un grand décor pour sa bibliothèque.

Joaquim Sorolla a épousé Clothilde, la fille du photographe Garcia Peris. Ils ont eu trois enfants, Maria, Joaquim et Elena. La famille est au cœur de ses préoccupations. Sa femme et ses enfants sont ses modèles favoris et une source permanente d'inspiration.

Elena parmi les roses - 1887

Elena parmi les roses - 1887

mère - 1895

mère - 1895

Les plages de Valence, les pêcheurs, les scènes de baignades sont aussi des motifs de prédilection. Comme Monet il se passionne pour les reflets.

En 1920 alors qu'il travaille à un portrait dans son jardin, il est frappé par une attaque d'hémiplégie. Il ne reprendra pas ses pinceaux. Il meurt trois ans plus tard.

En 1926, Clothilde léguera les collections et la maison familiale à l'Etat espagnol afin que soit créé un musée à la mémoire de son mari. Le musée Sorolla est situé près de Pasco de Castellana dans un quartier élégant de Madrid. Magnifique demeure, au décor reconstitué grâce aux nombreuses photographies retrouvées. Une grande partie des œuvres de Sorolla peintes dans les lieux mêmes y sont exposées. Sorolla avait fait construire cette grande maison en 1911. Il créa lui même ses jardins, pour lui et sa famille, havre de paix et de beauté qu'il peindra une quarantaine de fois entre 1917 et 1920.

1898 - cousant

1898 - cousant

1898 cousant - détails
1898 cousant - détails
1898 cousant - détails

1898 cousant - détails

1900 - la préparation des raisins secs

1900 - la préparation des raisins secs

1902 nu

1902 nu

1903 - Pêcheur à Valence

1903 - Pêcheur à Valence

1903 - Enfants au bord de la mer

1903 - Enfants au bord de la mer

détail

détail

1904 - l'été

1904 - l'été

1904 - l'heure du bain

1904 - l'heure du bain

l'été et l'heure du bain - détailsl'été et l'heure du bain - détails

l'été et l'heure du bain - détails

1905 - Le bateau blanc

1905 - Le bateau blanc

1905 - nageurs

1905 - nageurs

1906 - Biarritz1906 - Biarritz1906 - Biarritz

1906 - Biarritz

1907 - Maria peignant

1907 - Maria peignant

1919 - Elena à la Cale de Saint Vicente

1919 - Elena à la Cale de Saint Vicente

La magnifique exposition de Giverny présente de nombreux tableaux très attachants. On y retrouve toute l'affectivité de Sorolla dans des blancs éblouissants : éblouissement de l'amour.

 Mère

Mère

A ne pas manquer, jusqu'au 6 Novembre

Voir les commentaires

Publié le par voir-ou-revoir

AVANT PROPOS

Dans mon article précédent sur le Louvre-Lens, j'ai évoqué la "sinistre place de la gare" et la grisaille. Il n'était pas dans mon intention de tomber dans les clichés attribués généralement à la région Nord. C'est un fait : ce jour là il pleuvait et les rues étaient désertes. Je tiens aussi à redire à mes amis de cette région combien j'ai aimé ce musée, son architecture et sa collection semi-permanente, ainsi que la très belle scénographie de l'exposition Charles Le Brun.

***************************************************************************************************************

CHARLES LE BRUN - PEINTRE DU ROI-SOLEIL

Très impressionnante, effectivement, cette présentation du peintre du Roi-Soleil. Le bleu et le rouge nous plongent dans le faste royal de Versailles. A l'encontre, les lucarnes rondes qui ponctuent le parcours évoquent l'intimité d'une "mansarde", ouvertures indiscrètes sur les mystères des salles suivantes. ( est-ce là une évocation de Mansart devenu premier architecte du roi en 1681 ?)

Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016

Charles Le Brun est né en 1619 à Paris. Son père, Nicolas, est sculpteur, spécialisé dans la gravure des pierres tombales. Sa mère, Julienne de Bé, est issue d'une famille de maîtres écrivains. Charles est le troisième d'une fratrie de neuf enfants.

Sa première formation, au dessin et à la sculpture, vient probablement de son père. Il apprend la lecture en latin dans l'une des petites écoles de Paris, puis l'écriture.

En raison de l'appartenance de son père à la Communauté des maîtres peintres et sculpteurs de Paris, Charles Le Brun est exempté de l'apprentissage de cinq ans auprès d'un même maître. Sa curiosité le fait aller "d'école en école". Il se forme auprès de François Perrier puis dans l'atelier de Simon Vouet où il rencontre André le Nôtre et Pierre Mignard.

Portrait de Nicolas Le Brun - huile sur toile - Salzburg
Portrait de Nicolas Le Brun - huile sur toile - Salzburg

A douze ou treize ans selon ses biographes, mais sans doute un peu plus tard, il exécute un remarquable portrait de son père.

Pierre Séguier, premier grand officier de la Couronne, personnage important du royaume, découvre Le Brun en 1635. Il devient son protecteur (il le restera jusqu'à sa mort en 1672), lance sa carrière.

cliquez pour agrandir
Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016
Le portrait équestre du chancelier Séguier - huile sur toile 295x357cm -

Musée du Louvre Paris. vers 1655

Le Brun n'indique aucune référence dans son tableau, il ne représente ni le lieu, ni le moment. L'espace est vide. Le tableau était resté dans la descendance de Séguier. Durant la seconde guerre mondiale, les propriétaires, inquiets de son avenir , l'ont offert au Louvre en 1942 qui l'a conservé au château de Sourches.

La production de jeunesse de Le Brun consiste en de petits tableaux préparatoires à des gravures.

Ci-dessous :

"Allégorie avec une femme et deux putti" - vers 1640 - huile sur bois

"L'Enfance" 1639-1640

cliquez pour agrandir
Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016

Première consécration à 21 ans. Le Cardinal de Richelieu lui commande un tableau, "Hercule terrassant Diomède".

Huile sur toile - 1640-1641 -290x188cm - Nottingham, Castle Museum

et dessin préparatoire.

cliquez pour agrandir
Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016
Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016

A la même époque, Poussin orne le plafond de l'appartement de Richelieu. Il aurait admiré le travail de Le Brun et suggéré que Le Brun l'accompagne à Rome. Séguier ordonne cet exil à Le Brun qui le vivra très mal.

Au bout de trois ans, après avoir copié les grands maîtres, il quitte la ville sans l'autorisation de Séguier.

Au retour de Rome en 1646, les commandes et les chantiers de décoration abondent.

Le Brun est parmi les jeunes artistes qui ont eu l'idée de demander la protection royale afin de se séparer de la corporation et de faire de la peinture et de la sculpture des arts libéraux : l'Académie était fondée.

Le Brun reprenant un dialogue avec Poussin peint "Le sommeil de l'Enfant Jésus dit Le silence" 1655 Huile sur toile - 87x188cm - Musée du Louvre Paris

Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016
Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016
Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016

La gloire vient avec Vaux le Vicomte. Le Brun est appelé par Fouquet, surintendant des Finances, pour concevoir la décoration des appartements d'apparat. Mais Le Brun a déjà travaillé pour Louis XIV au Louvre. Il a peint le plafond et un dessus de cheminée pour le Petit Cabinet. Il a aussi créé une œuvre éphémère, l'arc de triomphe au bout de la place Dauphine pour l'entrée de Louis XIV et de sa jeune épouse Marie Thérèse d'Autriche.

Le 5 septembre 1661, jour anniversaire du Roi, Fouquet est arrêté. Le règne personnel de Louis XIV commence et grâce à la confiance que lui accorde Colbert (né comme Le Brun en 1619), Le Brun obtient le titre de premier peintre au service exclusif du Roi. Il dirige les décors des principales résidences royales qui rayonneront dans toute l'Europe.

"Le Roi prend Maëstricht en treize jours - 1673 - détail de l'Europe - Voute de la galerie des Glaces - Château de Versailles

Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016

En 1665, Charles Le Brun prend la direction de la manufacture des Gobelins.

Manufacture des Gobelins d'après Le Brun - Portière de Mars
Manufacture des Gobelins d'après Le Brun - Portière de MarsManufacture des Gobelins d'après Le Brun - Portière de Mars

Manufacture des Gobelins d'après Le Brun - Portière de Mars

Dans les années 1667, Le Brun donne une série de conférences, voulues par Colbert, à l'Académie Royale (il en est le Directeur), dont une sur l'expression des passions de l'âme. Les gravures reproduites à partir des dessins de Le Brun ont été publiées à partir de 1690. Le Brun met aussi en confrontation sur une même page des têtes humaines et animales. Il humanise l'animal à un moment où la Querelle de l'âme des bêtes fait rage.

Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016
Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016

Au cours des années 1670 à 1680, Le Brun exécute pour le château de Colbert à Sceaux, le décor de la voute de la chapelle (détruite).

Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016
Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016

Il décore également la chapelle située dans le chœur de l'église Saint-Nicolas-de-Chardonnet à Paris (rue des Bernardins dans le 5e), qu'il a obtenu avec messe pour lui et son épouse "à perpétuité". Elle accueillera la tombe de sa mère, et plus tard la sienne et celle de son épouse.

Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016

Après la mort de Colbert il est tenu à l'écart par le Marquis de Louvois qui lui préfère Mignard. Le Brun exécute pour le roi, qui lui a conservé affection et confiance, des œuvres touchantes sur la vie du Christ. Il réserve une version de "l'Adoration des Bergers" à sa femme Suzanne Butay, sans doute son tout dernier tableau. Louvois le retiendra autoritairement pour le roi, malgré les supplications de Suzanne.

dessin préparatoire à la toile destinée à Suzanne - l'Enfant Jésus

Autre version de " l'Adoration des Bergers" - 1689

Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016

Le Brun s'éteint le 12 février 1690 dans sa maison de Montmorency.

Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016

Cette exposition sera, pour moi, la découverte de Le Brun peintre de chevalet à la sensibilité extrême, donnant aux traits de l'enfant Jésus et de la Vierge une douceur et une beauté émouvante. J'ai particulièrement admiré les cartons de la main de Le Brun.

cliquez sur les images pour les agrandir et faire défiler
Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016
Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016
Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016Charles Le Brun - Louvre-Lens - août 2016

L'exposition est terminée depuis hier.

Photos MP

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>

TRANSLATE

link...

Englishblogger   españolblogger   Italianoblogger   deutsch

CONTACT  :

aquaforte@wanadoo.fr

blogger

Articles récents

Hébergé par Overblog