Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.

Publié le par voir-ou-revoir

Ouvrez les journaux, consultez internet, vous ne trouverez que des articles dithyrambiques sur l'exposition de Lucio Fontana : ainsi à l'unisson des expressions "artiste majeur du XXe siècle", "plus grand visionnaire", "précurseur", "immense artiste", "créateur d'avant-garde", ses toiles fendues étant devenues "des icônes de l'art moderne", etc.

En me rendant au Musée d'Art Moderne, poussée par le "à voir absolument", je n'avais nullement le projet de contester les dires des historiens, des critiques d'art ou des journalistes, mais je voulais comprendre pourquoi j'étais passée à côté d'un artiste aussi considérable, n'ayant pas été séduite par les quelques toiles lacérées que j'avais pu voir. J'ai donc abordé l'exposition en novice et c'est à postériori que je me suis penchée sur sa biographie et sur la signification de son œuvre.

(Photos des œuvres MP - cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014

Lucio Fontana est né en 1899 à Rosario de Santa Fe, en Argentine. Son père, immigré italien, sculpteur, dirige une entreprise de monuments funéraires ; il revient en Italie en 1905 où Lucio commence sa scolarité.

En 1914-1915, Lucio Fontana fréquente l'école des maîtres constructeurs de l'Institut Technique Carlo Cattaneo à Milan (qui existe toujours). Ses études sont interrompues par la guerre. Il s'engage, il est blessé et médaillé. Il reprend ensuite ses études et obtient son diplôme de Maître constructeur.

Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014

En 1921, de retour à Rosario de Santé Fe, il travaille dans l'entreprise de son père "Fontana y Scarabelli" avec comme spécialité la sculpture funéraire, puis il ouvre sa propre entreprise. Il réalise se première œuvre connue : le monument funéraire dédié à Juana Blanco, la madone des enfants pauvres.

En 1928, revenu à Milan, il s'inscrit à l'Académie des Beaux Arts de Brera, suit les cours du sculpteur symboliste Adolfo Wildt, fait ses premières expositions.

1/Mary Mary - 1926/1927 - Plâtre   2/ Unomini 1932 - Plâtre coloré incisions

1/Mary Mary - 1926/1927 - Plâtre 2/ Unomini 1932 - Plâtre coloré incisions

Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014

Il travaille comme céramiste à Albisola et, durant un séjour à Paris, réalise des céramiques à grand feu à la manufacture de Sèvres.

1/ Lions 1938 - Céramique polychrome - 2/Vases - céramiques polychrome

1/ Lions 1938 - Céramique polychrome - 2/Vases - céramiques polychrome

En 1930, il participe à la Biennale de Venise avec sa sculpture Eva (1928) et Vittoria Fasciste (1929). Admirateur de Mussolini, Fontana soutient le régime dès le début et a sculpté nombre de Victoires fascistes (rebaptisées par les historiens d'art "Victoires"). A la Triennale de Milan en 1936, une citation du Duce exaltant un empire bâti sur le sang et la force des armes se trouve inscrit sur le socle. La galerie Millione, à laquelle il était lié, édite des textes présentant le fascisme comme la forme la plus élevée de l'art abstrait. Son athlète bleu est présenté au salon fasciste de Lombardie.

Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014

En 1940, reparti en Argentine, il enseigne la sculpture à l'école des Beaux Arts de Buenos Aires. C'est là qu'il élabore avec de jeunes artistes le "Manifeste blanc" qui va connaître un grand retentissement "...nous abandonnons l'usage des formes connues de l'art et abordons le développement d'un art basé sur l'unité de temps et de l'espace... Nous concevons une synthèse comme une addition d'éléments physiques : couleur, son, mouvement, temps, espace, intégrant une unité physico-psychique". Julio le Parc, proche de Fontana, son professeur de modelage, ne signe pas le manifeste, le texte dit-il n'est pas appuyé par la réalisation d'œuvres. (voir article sur Julio le Parc http://www.voir-ou-revoir.com/search/julio%20le%20part/ )

Portrait de Teresita, sa femme, 1940 - Mosaïque polychrome

Portrait de Teresita, sa femme, 1940 - Mosaïque polychrome

C'est à Milan, en 1947, que Fontana co-signe le premier manifeste spatial (il y en aura trois). Il s'enthousiasme pour l'exploration du cosmos, les fusées et les satellites. Il découvre le physicien américain Robert Wood, inventeur d'un écran filtrant laissant passer les rayons ultra-violets : la lumière noire, invention commercialisée sous la forme de tube fluorescent. Fontana crée en 1951 une sculpture en tube de néon pour la Triennale de Milan. Sa réplique nous accueille dans le hall du musée.

1/Installation néon - céramiques polychromes 2/Christ en croix 1959 3/figure féminine aux fleurs 1948 4/Le guerrier 1949
1/Installation néon - céramiques polychromes 2/Christ en croix 1959 3/figure féminine aux fleurs 1948 4/Le guerrier 1949
1/Installation néon - céramiques polychromes 2/Christ en croix 1959 3/figure féminine aux fleurs 1948 4/Le guerrier 1949
1/Installation néon - céramiques polychromes 2/Christ en croix 1959 3/figure féminine aux fleurs 1948 4/Le guerrier 1949

1/Installation néon - céramiques polychromes 2/Christ en croix 1959 3/figure féminine aux fleurs 1948 4/Le guerrier 1949

Jusqu'à 1949, Fontana s'était attaché uniquement à la sculpture et à la céramique décorative. Il se met à peindre, toutes ses œuvres sans distinction s'intituleront "Concetto spaziale"

Le spatialisme est sur toute les lèvres : "la peinture avec cadre est morte et la sculpture telle que nous la connaissons est morte " (Time 26 mai 1952). C'est ce que l'on dit soixante ans après !

A la fin des années 1950, Fontana se fait connaître à Paris grâce au galeriste Iris Clert, l'Editeur d'Art San Lazzare et Michel Tapié de Celeyran, critique d'art. Ce dernier voyageant beaucoup à l'étranger contribue à lui conforter son statut international.

Fontana commence ses expériences sur les "Buchi" : les trous percés au recto et verso de la toile constituent des figures qui laissent passer la lumière et l'ombre. (Dans une petite salle du Musée est projeté, entre autres, un film des années 1950 : on y voit Fontana, en costume-cravate, trouant une toile et répondant aux questions d'un intervieweur à la voix chevrotante. Le film provoque le rire iconoclaste, étouffé, des spectateurs. Je dois avouer que j'y adhère, ça ne semble pas sérieux). Mais, devant les toiles, l'ironie disparaît : la matière est belle, glacée, étonnante.

Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014
Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014
Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014

En 1957-1960, Fontana appelle "Carta" ses papiers entoilés et troués, au dos sont inscrites des petites phrases du quotidien : "zut, j'ai oublié de prendre mon médicament", "il est midi je vais me promener", "il pleut à Milan", etc.

Les "Natura (1959-1960) sont en terre cuite, Fontana les nomme "boules", puis "bouches". Le mot natura au pluriel désigne le sexe féminin en argot italien.

Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014

Les "Tagli", fentes (1958-1968) nommées "Concept spatial", "Attente" lorsqu'elles sont plusieurs, sont ses œuvres les plus connues. On dit que Fontana préparant une exposition pour la galerie Stadler à Paris (il y a été introduit par Michel Tapié), furieux d'avoir raté une toile, la fendit d'un coup de couteau, et "se rendit compte du potentiel de ce geste". Lors de son exposition, les uns crieront au génie, les autres au scandale, mais d'autres galeries d'avant-garde ou puissantes exposeront désormais régulièrement son travail. Fontana devient une référence pour les artistes des années 1960. Il signera 1500 tableaux durant cette période de dix ans. Depuis le pic de 2008, le prix de ses œuvres reste stable, il faut débourser en moyenne 15 millions d'euros pour en acquérir une (en novembre 2013 "Concerto spaziale a fine de Dio" de 1963 a été vendu 15,6 millions d'euros à Christies New-York).

Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014
Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014
Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014
Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014

Quant à la signification de ses "Tagli", à chacun de s'y retrouver : sensualité, origine du monde ... Pour Fontana s'est "le cri de douleur, le geste final d'une douleur insoutenable".

S'il faut absolument chercher une signification, un des dessins exposés m'interpelle, mais les interprétations plasticiennes sont beaucoup plus complexes, intellectuelles et alambiquées (j'ai relevé un rapprochement avec "Le décalogue" de Kieslowski, série de films que j'aime tout particulièrement ?).

Nus féminins 1960-1964 encre sur papier et encre de chine sur carton
Nus féminins 1960-1964 encre sur papier et encre de chine sur carton

Nus féminins 1960-1964 encre sur papier et encre de chine sur carton

En 1960 vient la série des "Olii" grandes peintures à l'huile présentées à Venise au Palazzo Grassi.

Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014
Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014
Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014

Fontana se rend à New-York où il conçoit un cycle consacré à la métropole américaine, en peinture puis en tôles de métal gravées, coupées et trouées.

New-York 1962 - Trois panneaux de cuivre, fentes, grattages

New-York 1962 - Trois panneaux de cuivre, fentes, grattages

Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014

En 1963, c'est la série des "Fine di dio" et "Trinita"

Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014

En 1964, début des Teatrini (petits théâtres) Fontana rejoint le pop'art.

1965 Petit théatre - Peinture à l'eau sur toile - Trous - Bois laqué

1965 Petit théatre - Peinture à l'eau sur toile - Trous - Bois laqué

L'exposition comporte aussi deux environnements reconstitués : l'un dans une pièce noire avec au plafond une sculpture phosphorescente, un autre, labyrinthe blanc déroutant qui se termine par une grande fente.

Lucio FONTANA - Musée d'Art Moderne - Paris - août 2014

En 1968, Lucio Fontana, s'installe à Comabbio où il meurt le 7septembre.

Il est incontestable que Fontana soit un artiste d'avant-garde et un provocateur, comme l'ont été de nombreux peintres de l'après-guerre. Suis-je totalement séduite ? Les œuvres exposées sont diverses et nombreuses. J'aime plusieurs de ses premières sculptures, la belle matière de ses tableaux, les arabesques élégantes de certains "Buchi", la pureté décorative des "Tagli". Mais au risque de déplaire, la production pléthorique des "Tagli" et le prix actuel des œuvres me dérangent : la "fente" pourrait aussi évoquer une tirelire ? Et de nous reposer la question du marché de l'art.

Lecteurs j'attends avec impatience vos commentaires.

L'exposition se termine le 24 août - Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris - 11 av. du Président Wilson - 75016

Commenter cet article

margareth 25/08/2014 16:23

Ta remarque pleine d'humour : "la fente pourrait aussi évoquer une tirelire" m'a beaucoup fait rire. Peut-être pas si mal vu. Cela dit, ses "Tagli", Fine di dio et "Trinita" m'avaient séduite quand j'étudiais la tapisserie aux Beaux-Arts d'Angers. Il me semble d'ailleurs que certains créateurs de cartons s'inspiraient de son travail. Pour le reste, je suis assez dubitative. En ce moment je lis (très lentement) l'Art Abstrait de Dora Vallier..

bernard nury 25/08/2014 15:39

Je connaissais une ou deux toiles dont les coups de rasoir m' avaient ennuyé, mais la possibilité de voir l' ensemble du travail de Fontana et de sa recherche m' a fait changer d' avis et je ne suis pas indifférent devant les " tagli". C' est certes, un procédé, mais le résultat est souvent interessant.
Quant à la valeur marchande de ses oeuvres, elle est dépendante du marché de l' art spéculatif !

emma 23/08/2014 15:58

sans doute suis je souvent, par inculture, l'andouille de service.
Mais n'est il pas atterrant qu'on puisse acheter des millions d'euros une toile lacérée (certes par un admirateur du fascisme), alors qu'un chewing gum mâché récupéré dans la poubelle de Britney Spears n 'a atteint que quelques milliers d'euros aux enchères sur ebay ?
quand tant de gens crèvent de faim
Du coup je suis allée me réconcilier avec l'intelligence humaine ici
https://www.youtube.com/watch?v=BCIyBbD0QwA
Merci, Michèle, pour tes passionnants reportages, et bon week end !

Bernard 22/08/2014 18:11

oui il est sûr que le prix des oeuvres est quelquefois disproportionné mais l'artiste ici est un précurseur c'est ce qui fait la rareté de l'oeuvre. Merci à toi de nous faire découvrir cet artiste
que nous n'aurions pas vu du fait de notre éloignement.

Delaigue 22/08/2014 13:39

L'oeuvre de cet artiste ne me touche pas à partir du moment où elle devient systématique (trous et fentes... beurk) car l'auteur donne l'impression d'avoir trouvé le filon pour faire de l'argent ce qui est anti-artistique à mes yeux et un manque total de sincérité. Nuisible aussi pour les artistes sincères, eux, dans leur démarche.

lydia 22/08/2014 09:49

Il est vrai que je suis novice dans l'appréciation de l'art en général, je ne peux qu'exprimer un ressenti, mais hormis les premières oeuvres auxquelles je suis sensible, le parcours de l'homme me dérangeant beaucoup, je n'arrive pas ou à comprendre ou à ressentir une réelle admiration, mais l'objectivité n'ai pas de mise dans ce cas!!!! Merci de m'avoir fait découvrir cet artiste si particulier . gros bisous

ARIELLO LAUGIER Monique 21/08/2014 21:51

Fontana, BOF....
Monique Ariello

c.cloup 21/08/2014 20:53

Chère amie graveur
je suis avec plaisir vos visites d'autant que je vis en province . mais j'ai eu l'occasion de voir cette expo et il est sûr que Fontana a la capacité d'un sculpteur classique et les premières sculptures sont belles et accessibles . L'idée d'inscrire le manque , le trou, le vide , la fente (le sexe féminin,)dans une toile est une idée de sculpteur insatisfait du coté "plan" de sa toile .Idée qui génère de multiples variations et finit un peu par faire "procédé", éventuellement procédé d'intérêt"alimentaire" et rentable . Il n'empêche qu'il y a là une intuition féconde même si l'ambition de son manifeste de jeunesse n'est pas réalisée ...et que la séparation peinture/sculpture:est de moins en moins tranchée actuellement
Merci de nous faire partager vos visites et vos impressions , continuez ...

Rufus 21/08/2014 20:37

Personnage ambigu pour moi aussi, chère Michèle. Certes je ne suis qu'un visiteur lambda potentiel, mais je peux toutefois imaginer que je ne pourrais découvrir dans cet exposition le cheminement génial que j'admire chez certains "grands". Un grand merci à vous de m'avoir tiré, une fois de plus, de mon ignorance.