Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.

Publié le par voir-ou-revoir
Publié dans : #Monastères et abbayes

Depuis longtemps je rêvais de Fontevraud. J'avais sans doute beaucoup trop attendu, beaucoup trop rêvé pour ne pas être un peu déçue. Certes, cette immense abbaye est très belle, mais, lors de ma visite, je n'ai pas ressenti dans ce lieu froid et touristique, le souffle monacal attendu.

Le fondateur de l'abbaye, Robert d'Arbrissel, est né en 1045 à Arbrissel en Bretagne. Ermite dans le forêt de Craon, des disciples puis des foules viennent le voir. Le pape Urbain II, informé de son renom, le charge d'enseigner au plus grand nombre l'Evangile. Robert se retrouve alors à la tête d'un groupe nomade de plusieurs centaines de disciples. Personnage singulier, il pratique une ascèse assez particulière visant le salut de l'âme par une mortification de la chair à l'épreuve de la mixité.

Très vite les autorités ecclésiastiques l'obligent à se fixer et à organiser une communauté séparant les hommes et les femmes : ce sera à Fontevraud entre 1099 et 1101.

Les disciples sont répartis dans quatre monastères : le Grand-Moûtier est réservé aux contemplatives, "vierges" ayant mené une vie irréprochable ; le couvent de la Madeleine est destiné aux sœurs converses, "filles repenties", femmes mariées, veuves ; dans le prieuré Saint-Lazare les sœurs soignent les malades et les lépreux et hors clôture, le couvent Saint-Jean-de-l'Habit regroupe les moines.

En 1104, Robert reprend sa vie errante et confie l'abbaye à la prieure Hersende de Montsoreau. Revenu en 1115, quelques mois avant sa mort, il nomme à la tête de l'ordre la première abbesse, Pétronille de Chemillé. L'abbesse est la mère de l'abbaye, l'ordre se réfère aux dernières paroles du Christ, qui, désignant Marie à son disciple Jean, dit "Voici ta mère".

Dès lors, jusqu'à la Révolution, trente-six abbesses issues de l'aristocratie angevine puis de l'entourage royal se succèdent à la tête de cet ordre double. Elles dépendent du Saint Siège au spirituel et de la justice du roi de France au temporel. La protection royale vaut à Fontevraud des privilèges et le titre d'abbaye royale.

Religieux et religieuses quittent les lieux en 1792. Les bâtiments abandonnés sont pillés et vandalisés. Napoléon fait de l'abbaye une prison, c'est ce qui la sauvera de la ruine. Six cents détenus des deux sexes arrivent en 1814, ils seront mille six cents en 1842, ils sont encore 500 lorsque la prison ferme en 1963.

Les chantiers de restauration se succèdent. En 1975, le Centre culturel de l'Ouest est créé avec un programme de manifestations : conférences, concerts, expositions etc. De nos jours le prieuré Saint-Lazare est devenu un hôtel de luxe et sa petite église un "iBar numérique" que je trouve, personnellement, d'un goût douteux.

J'ai aimé par contre, le cloître du Grand-Moûtier, la salle Capitulaire, et la tour d'Evrault qui faisait office de cuisine, une grande cheminée centrale et vingt cheminées secondaires en assuraient une parfaite aération.

Au milieu de l'église abbatiale, impressionnante par ses dimensions, sont "exposés" les gisants Plantagenêt : Aliénor d'Aquitaine, Henri II, Richard cœur de lion et Isabelle d'Angoulême, femme de Jean "sans terre", morte à Fontevraud après avoir pris le voile sur son lit de mort (je les préférerais présentés de façon moins ostentatoire).

Le gisant d'Aliénor (fin du XIIe) m'a beaucoup touchée. Elle porte le hennin à mentonnière, coiffe à fond plat complétée par un voile léger qui encadre son visage. Elle doit avoir une trentaine d'années. Elle tient dans ses mains un livre, peut-être un psautier ou le symbole de son amour pour la poésie. La pierre tufeau polychrome la fait revivre dans ce lieu auquel elle était très attachée.

"cliquer sur les photos pour les agrandir"

L'entrée de l'abbatiale et sur le côté la tour d'Evrault
L'entrée de l'abbatiale et sur le côté la tour d'Evrault
L'entrée de l'abbatiale et sur le côté la tour d'Evrault

L'entrée de l'abbatiale et sur le côté la tour d'Evrault

Abbaye de Fontevraud - sept. 2014
Abbaye de Fontevraud - sept. 2014
Alienor d'Aquitaine et Henri II , Isabelle d'Angoulême et Richard coeur de lion
Alienor d'Aquitaine et Henri II , Isabelle d'Angoulême et Richard coeur de lion

Alienor d'Aquitaine et Henri II , Isabelle d'Angoulême et Richard coeur de lion

Le cloïtre du Grand-Moûtier

Le cloïtre du Grand-Moûtier

  la Salle capitulaire
  la Salle capitulaire

la Salle capitulaire

Le réfectoire

Le réfectoire

La tour d'Evrault vue des jardins, et l'intérieur avec ses cheminées
La tour d'Evrault vue des jardins, et l'intérieur avec ses cheminées
La tour d'Evrault vue des jardins, et l'intérieur avec ses cheminées

La tour d'Evrault vue des jardins, et l'intérieur avec ses cheminées

Dans le village de Fontevraud, au bout d'une allée ombragée on peut admirer la petite église Saint-Michel, construite à la fin du règne d'Henri II pour les nombreux ouvriers et artisans employés à la construction de l'Abbaye. L'autel en bois sculpté recouvert de feuilles d'or se trouvait dans l'église abbatiale au XVIIe siècle.

Abbaye de Fontevraud - sept. 2014
Abbaye de Fontevraud - sept. 2014

ALIENOR D'AQUITAINE

Quittant Fontevraud, j'ai eu envie de connaître mieux Aliénor. Ce qui m'a frappée en lisant sa vie, outre son destin fabuleux de reine de France, puis reine d'Angleterre, c'est son courage et sa capacité à voyager. Car ce n'était pas une mince affaire de circuler au Moyen âge, même si en sa qualité de reine, elle était accompagnée par de nombreux serviteurs et chariots transportant vêtements, attirails de cuisine, tapis, tentes etc. Les routes étaient chaotiques et peu sûrs. Aliénor était une bonne cavalière et d'une endurance hors du commun.

Après une vie de règne, de voyages et d'exil (Henri II la séquestre durant presque quinze ans à Chinon puis dans différents châteaux d'Angleterre), la belle et lettrée Aliénor se retire dans le silence des voutes de Fontevraud. Elle est septuagénaire. Elle a fait preuve, toute sa vie, d'une grande sollicitude envers les abbayes en particulier celle de Fontevraud.

Elle ne profite pas longtemps de sa retraite, son fils préféré, le roi Richard cœur de lion, se meurt à Chalûs (de nos jours en Haute-Vienne). Elle quitte Fontevraud et s'y rend, "plus vite que le vent" diront les chroniqueurs, en sept jours.

Déjà elle avait couru vers lui, en 1190, alors qu'il était bloqué dans le port de Messine en Sicile. Il partait pour la troisième croisade. Aliénor passe les Alpes, traverse la Lombardie cherchant à s'embarquer à Pise puis à Naples et finalement trouve des vaisseaux à Brindisi. Elle emmène avec elle Bérangère, fille de Sanche, Roi de Navarre : il faut une épouse et un héritier à Richard. De Sicile elle se rend à Rome puis s'embarque pour l'Angleterre en février 1191.

Quelques années plus tard, en décembre 1193, elle prend la mer, prête à affronter les tempêtes pour escorter la rançon destinée à libérer Richard des prisons de Léopold, duc d'Autriche. Il a été arrêté à son retour de croisade. Aliénor le retrouve à Cologne et rentre avec lui en Angleterre en mars 1194.

Elle avait compris l'engouement de Richard pour la croisade, car elle-même, à vingt-quatre ans, avait parcouru l'Aquitaine pour convaincre ses vassaux de participer à la seconde croisade avec son époux Louis VII. Les croisés étaient partis de Metz, les chariots chargés de bagages s'étendaient sur des lieues. Il avait fallu cinq mois pour atteindre Constantinople, traverser la Syrie, Antalya, prendre la mer pour Antioche et enfin atteindre la Terre Sainte. La croisade avait été un échec, le périple avait duré plus de deux années. Le couple était désuni, le mariage fut annulé. Quelques mois plus tard, Aliénor épousait Henri Plantagenêt (futur Henri II d'Angleterre). Elle lui donnait cinq garçons et trois filles, avec Louis VII elle n'avait eu que deux filles.

A Chalûs, Richard meurt le 6 avril 1199, quelques temps après Jeanne et Marie de Champagne. Sur les dix enfants d'Aliénor deux seuls sont encore vivants, Jean et Aliénor.

Doutant des capacités de Jean sans terre, qui succède à Richard, elle surmonte sa douleur et entreprend, au printemps 1199 à près de quatre vingt ans, une chevauchée politique de trois mois : Loudun, Poitiers, Niort, La Rochelle, Saintes, Bordeaux, pour reprendre en main son domaine. Elle retrouve Jean à Rouen en Juillet.

Ses voyages ne sont pas finis, le dernier lui fait franchir les Pyrénées pour se rendre à Burgos auprès de sa fille Aliénor, épouse d'Alphonse VIII de Castille. Après un séjour heureux à la cour elle ramène en France sa petite fille Bianca, douze ans, renommée Blanche pour épouser Louis de France.

En 1200, Aliénor est de retour à Fontevraud, mais en 1202 un conflit avec Philippe Auguste l'oblige à se réfugier à Poitiers où elle sera davantage en sécurité. Elle est contrainte de s'arrêter au château de Mirebeau rapidement assiégé. Jean arrivera à temps pour éviter son arrestation et la libérer.

Revenue enfin dans le silence de son cher Fontevraud, elle meurt le 31 mars 1204.

Abbaye de Fontevraud - sept. 2014

ABBAYE DE FONTEVRAUD - Département du Maine et Loire

Photo MP sauf intérieur de la salle capitulaire (photo Wikipédia)

Commenter cet article

astuce kamas 14/10/2014 13:58

On en veut encore traité de cette manière. Continuez.

margareth 14/10/2014 08:25

Encore un monument proche de chez moi. Je l'ai visité à l'époque où il était en pleine restauration. Nous devions circuler entre les échafaudages, mais nous pouvions voir encore les traces de la prison. C'est un monument grandiose qu'il aurait été dommage de laisser tomber en ruine. Il est vrai que sa présentation manque un peu d'âme et qu'il est difficile de l'imaginer fourmillant de vie.
Aliénor d'Aquitaine est une personnalité fascinante. Il y a quelques années nous avons visité le château de Châlus, là où Richard Coeur de Lion est mort entre les bras de sa mère venue de Fontevreau.

Carlos Jinesta 11/10/2014 17:05

Este es el blog que le comenté. Si uno se suscribe (gratuito) continúa recibiendo los artículos con regularidad.
http://www.voir-ou-revoir.com/
Saludos,
Alberto M.

Michèle Pellevillain 14/10/2014 09:05

El abono para el blog "voir-ou-revoir" es gratuito. Cordialmente

NISE 08/10/2014 13:09

Courageuse Aliénor, je ne peux m'empêcher de penser aux contraintes vestimentaire de l'époque si loin des baskets et des jeans. Je me suis penchée aussi sur son exceptionnel destin, je la trouve très attachante. Merci pour ton passionnant article, comme toi je commande le livre.Gros bisous..

navailh 07/10/2014 07:31

Pour en savoir plus sur Aliénor et le contexte de son époque, lire Le médiéviste Georges Duby

Michèle Pellevillain 07/10/2014 08:16

Merci de votre information et de votre fidélité à mon blog, je viens de commander ce livre dans la collection de poche.
cordialement

lydia 06/10/2014 10:20

Tes photos sont superbes, malgré tout ton ressenti dont tu m'as fait part, je reste sous le charme de cet endroit!!! Peut-être que la sensation de sérénité c'est envolée mais la majesté des lieux restent. Tout y est chargé d'histoire S et cela me le rend d'autant plus cher!!!
Gros bisous et merci pour cette superbe visite!!

emma 05/10/2014 22:26

eh bien, voilà une "sacrée bonne femme" !!! 10 enfants et courant les routes à un âge aussi avancé ! merci pour la bio passionnante, l'abbaye est fort belle et les gisants émouvants, merci Michele

Rufus 05/10/2014 19:18

Endroit magique tout de même à voir vos photos, chère Michèle, pour qui n'a pas pratiqué en réel.
La salle capitulaire est effectivement très belle. La tour d'Evrault a, de par ses cheminées, une allure de château "Disney-land " qui ne m'emballe pas. Merci, bien sur, de nous avoir enrichis une fois encore, notamment en nous donnant envie d'en lire encore plus sur Aliénor.