Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.

Publié le par voir-ou-revoir
Publié dans : #Expositions à Paris
Markus Lüpertz - Musée d'Art Moderne Paris - juin 2015

Je vous emmène aujourd'hui à la rencontre d'un artiste qui m'était, je l'avoue, totalement inconnu. La rencontre se fait par un passage vers un parc mystérieux. L'inconnu, c'est l'aventure, je ne la partagerai qu'avec quelques aventuriers masculins. L'espace sera tout à moi, sans groupes encordés à un guide, sans visiteurs casqués : liberté et bonheur absolu.

En 1941, Markus Lüpertz naît en Bohême, d'un père tchèque et d'une mère polonaise. La famille n'est devenue allemande qu'après la guerre. Il quitte rapidement l'école pour entrer en apprentissage chez un peintre, fabriquant d'étiquettes de bouteilles de vin, puis chez un graphiste qui lui fait intégrer l'école d'art appliqué de Krefeld. Markus Lüpertz a seulement quinze ans et son père doit lui faire une autorisation pour peindre les nus d'après modèles.

Lorsqu'il commence à peindre, l'expressionnisme abstrait et le pop art dominent le monde de l'art. Rapidement il s'émancipe et trouve sa propre voie où il confronte figuration et abstraction : "Le retour à la figuration est une nécessité formelle faisant suite à l'abstraction. Après le cinq cent millième carré et la énième forme, le sujet était épuisé…. quand nous peignons des nus, des figures, des paysages, c'est un élargissement de l'abstraction" (entretien avec Yasmine Youssi)

En 1962 il s'installe à Berlin ouest où il créait une galerie. En 1976 il est nommé professeur à l'académie des beaux-arts de Karlsruhe, puis en 1988, il devient directeur de l'académie des beaux-arts de Düsseldorf.

La grande rétrospective présentée au MAM s'échelonne de 1964 à 2015. Elle est conçue à rebours (peut-être pour renforcer le lien que l'artiste fait entre présent et passé ou parce qu'il affirme « Je travaille comme si je devenais de plus en plus jeune ») et s'articule autour de différentes thématiques qu'il serait trop long de détailler, j'en citerai quelques unes avec les images.

Entrer dans le monde de Markus Lupertz, passer de salle en salle, c'est faire un voyage à travers des paysages aux couleurs vives, des montagnes sombres, des plaines aux blés murs, croiser Ulysse, Mozart, Saliéri, des géants en marche, des soldats. .. on rêve, on invente des histoires, on sourit. Markus Lupertz s'entretient avec les maîtres du passé : Picasso, Poussin, Goya. Parfois une œuvre fait penser à Baselitz , Chagal ou Basquiat .

Escale. Dans une salle sombre, une projection : rencontre avec l'homme Markus Lupertz. Il marche lentement dans une grande allée bordée d'arbres (sans doute en rapport avec le décor franchi à l'entrée). Il porte une grande cape et un chapeau, tient à la main une canne : il est d'un autre siècle, éloigné de son œuvre. Il s'assoit et lit un de ses poèmes. Interview : il pose, costume noir très chic, bagues d'argent, il est hautain, je dirai même suffisant : "Mes élèves m'adulaient". Joue-t-il un rôle ?. Il semble plus sincère accoudé à un bar, décontracté : "J'ai besoin de la ville, du bruit, de voir des gens.." Je le préfère couvert de plâtre, artiste au travail, dans sa vérité.

Après cette rencontre avec l'homme extravagant et égocentrique qui me fait penser un peu à Dali, retrouver ses œuvres de jeunesse me ravit. Eléments figuratifs simplifiés, isolés, grossis : casquettes, casques, tentes perdent leur identité et parviennent à une sorte d'abstraction.

Une dernière œuvre avant de quitter l'exposition, datée de 1963/64. Donald Duck me fait un clin d'œil : belle aventure n'est-ce pas ? Découverte d'un des plus importants représentants du néo-expressionnisme allemand. Et tu ne connaissais pas ? Ignorante que tu es !

Photos MP - cliquez sur les images pour les agrandir
"Arcadies" - 2013-2015 - Les oeuvres traduisent son intérêt pour les légendes et les figures de la mythologie grecque. L'Arcadie figure le pays du bonheur. Sculpture : Ulysse : Peintures : Arkadiens"Arcadies" - 2013-2015 - Les oeuvres traduisent son intérêt pour les légendes et les figures de la mythologie grecque. L'Arcadie figure le pays du bonheur. Sculpture : Ulysse : Peintures : Arkadiens"Arcadies" - 2013-2015 - Les oeuvres traduisent son intérêt pour les légendes et les figures de la mythologie grecque. L'Arcadie figure le pays du bonheur. Sculpture : Ulysse : Peintures : Arkadiens

"Arcadies" - 2013-2015 - Les oeuvres traduisent son intérêt pour les légendes et les figures de la mythologie grecque. L'Arcadie figure le pays du bonheur. Sculpture : Ulysse : Peintures : Arkadiens

"Nus de Dos" - 2004-2005 - Inspirés, entre autres, des bas reliefs de Matisse, les nus se transforment en torse.

"Nus de Dos" - 2004-2005 - Inspirés, entre autres, des bas reliefs de Matisse, les nus se transforment en torse.

Le matin ou HoderlinLe matin ou HoderlinLe matin ou Hoderlin

Le matin ou Hoderlin

Matin, midi, minuit - Attaque - Saint Samaritain - Arrivée à l'aubergeMatin, midi, minuit - Attaque - Saint Samaritain - Arrivée à l'auberge

Matin, midi, minuit - Attaque - Saint Samaritain - Arrivée à l'auberge

"Hommes sans femmes, Parsifal" 1993-1997 - La série comprend plusieurs centaines d'oeuvres inspirées de Perceval, figure de la légende arthurienne, et peut-être de l'interprétation qu'en a donnée Wagner."Hommes sans femmes, Parsifal" 1993-1997 - La série comprend plusieurs centaines d'oeuvres inspirées de Perceval, figure de la légende arthurienne, et peut-être de l'interprétation qu'en a donnée Wagner."Hommes sans femmes, Parsifal" 1993-1997 - La série comprend plusieurs centaines d'oeuvres inspirées de Perceval, figure de la légende arthurienne, et peut-être de l'interprétation qu'en a donnée Wagner.

"Hommes sans femmes, Parsifal" 1993-1997 - La série comprend plusieurs centaines d'oeuvres inspirées de Perceval, figure de la légende arthurienne, et peut-être de l'interprétation qu'en a donnée Wagner.

2005 - Mozart et Salieri2005 - Mozart et Salieri2005 - Mozart et Salieri

2005 - Mozart et Salieri

"Le sourire Mycénien" - 1985 - Peintures monumentales renvoyant à l'Antiquité grecque.

"Le sourire Mycénien" - 1985 - Peintures monumentales renvoyant à l'Antiquité grecque.

"La guerre" 1992 - Exécution et Dictature"La guerre" 1992 - Exécution et Dictature

"La guerre" 1992 - Exécution et Dictature

"D'après Poussin" - 1989-1990 - un fragment issu d'un tableau ancien est réinséré dans un contexte nouveau"D'après Poussin" - 1989-1990 - un fragment issu d'un tableau ancien est réinséré dans un contexte nouveau

"D'après Poussin" - 1989-1990 - un fragment issu d'un tableau ancien est réinséré dans un contexte nouveau

"Congo" - 1981 - Pour l'exposition au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, Markus Lüpertz réalise un ensemble de peintures sur le thème "Congo-Correction du constructivisme" évoquant les principes du cubisme. C'est aussi à cette période qu'il commence à créer ses premières sculptures

"Congo" - 1981 - Pour l'exposition au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, Markus Lüpertz réalise un ensemble de peintures sur le thème "Congo-Correction du constructivisme" évoquant les principes du cubisme. C'est aussi à cette période qu'il commence à créer ses premières sculptures

"Peinture dithyrambique" 1964-1976 - Markus Lûpertz, comme il le formule lui même "impose aux objets existants une contruction" : simplification de la forme, exagération de la plasticité ou encore grossissement du détail."Peinture dithyrambique" 1964-1976 - Markus Lûpertz, comme il le formule lui même "impose aux objets existants une contruction" : simplification de la forme, exagération de la plasticité ou encore grossissement du détail."Peinture dithyrambique" 1964-1976 - Markus Lûpertz, comme il le formule lui même "impose aux objets existants une contruction" : simplification de la forme, exagération de la plasticité ou encore grossissement du détail.

"Peinture dithyrambique" 1964-1976 - Markus Lûpertz, comme il le formule lui même "impose aux objets existants une contruction" : simplification de la forme, exagération de la plasticité ou encore grossissement du détail.

1967 Arrangement pour une casquette

1967 Arrangement pour une casquette

Les blésLes blés

Les blés

1965 - Tunnel de fleurs rouges

1965 - Tunnel de fleurs rouges

Donald Duck - 1963/64
Donald Duck - 1963/64

Exposition jusqu'au 19 Juillet 2015 -

Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Avenue du Président Wilson - 75116

Commenter cet article

emma 09/06/2015 20:39

merci, Michèle, pour la découverte, avant que tu le dises, sa suffisance (sans doute affectée, il faut se créer un personnage public) m'avait aussi fait penser à Dali... son art, mon Dieu, je ne sais qu'en penser mais son parcours est intéressant ; il semble qu'un jour ou l'autre les figuratifs comme les abstraits arrivent à une lassitude où ils basculent dans l'autre "camp", l'impression d'avoir "tout dit"

Monique 08/06/2015 08:02

peinture puissante, une force incontestable s'en dégage, j'aime beaucoup mais j'aime moins les sculptures...Merci Michèle...

dominique 07/06/2015 16:47

un vrais travail de peintre et sculpteur

lydia 07/06/2015 14:18

Il est difficile de par mon ignorance (réelle!) de définir ce que m'inspire les oeuvres, mais, quelques unes m'ont plu d'autres moins, les grandes toiles ont ma préférence, . Dans tous les cas c'est toujours super de découvrir un artiste, merci beaucoup et gros bisous

Cath 07/06/2015 12:15

Grandeur nature, ce doit être impressionnant. Personnellement j'ai une préférence pour ses premières peintures jusqu en 1992 (la guerre) et j aime assez ses scultpures. Merci de partager avec nous tes découvertes. Gros bisous

NISE 07/06/2015 10:20

Acrobatie entre figuration et abstraction, là est toute la difficulté. Très intéressant, j'imagine l'aspect monumental! Merci, bonne journée , gros bisous.

Rufus 06/06/2015 19:44

Je vous ferai une confidence, chère Michèle, j'ai vu cet expo. Je vous ferai en supplément deux autres confidences : 1. j'aurais été très déçu de ne pas avoir un article de votre part et ne pas pouvoir vivre encore ma visite. 2. J'ai beaucoup aimé, et tout particulièrement les sculptures. Merci, merci chère Michèle