Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.


Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017

Publié par voir-ou-revoir sur 21 Mars 2018, 08:24am

Catégories : #Musées Etrangers

"Dans la nature, la couleur n'existe pas plus que la ligne : il n'y a que le soleil et les ombres. Donnez-moi un morceau de charbon et je vous ferai un tableau : toute la peinture est dans les sacrifices et les partis pris !" Goya

***

J'ai depuis longtemps une grande admiration pour le portrait de la Marquise de Solena, peint en 1795, un des rares tableaux de Goya que possède le Musée du Louvre. Il me fascinait tant que durant mes études d'Art plastique je le choisis pour faire une analyse des proportions de la couleur.

huile sur toile - 183x184cm - Musée du Louvre

Etude des couleurs du tableau Solena - MP 1984

Lorsque je suis entrée, au Musée du Prado à Madrid, dans la salle des "Peintures noires" j'ai été saisie d'une émotion intense. Je ressentais en plus fort le sentiment de finitude que provoquait en moi le portrait de la Marquise. Je retrouvais une symphonie de tons noir, ocre, terre grise et brune, avec seulement quelques lumières blanches éparses et des traces vertes et bleues. Mais à l'encontre du visage de la Marquise, lumineux, pur et beau, les personnages des peintures noires avaient pour la plupart des visages déformés et grimaçants s'engluant dans un intense magma noir.

Impression Peintures noires - MP 2018

La Marquise de Solena est une familière de Goya, intégrée à l'élite "éclairée", tous deux sont partisans des "Lumières" dont la pensée s'est répandue sur le continent européen.

Goya peint son portrait alors qu'elle est très malade et sait qu'elle va mourir. Elle a 38 ans. Goya admire son courage et sa dignité. Il a lui-même souffert en 1792 d'une maladie jamais définie qui l'a d'abord paralysé, puis l'a atteint d'une surdité profonde.

Cette maladie qui l'enferme dans le silence et la solitude, le libère des conventions imposées par la peinture contemporaine. Sa courte liaison affective avec la Duchesse d'Albe et la rupture douloureuse en 1797 modifie sa façon de peindre : il se détourne du monde extérieur pour explorer sa propre imagination, surgissent alors dans ses œuvres, les masques, les caricatures, les sorcières et les fantômes.

En février 1819, il achète, aux environs de Madrid, la "Quinta del Sordo" (Un nom par hasard prédestiné : la maison du sourd) pour s'installer avec Leocadia, veuve d'un riche marchand, avec laquelle il vit en concubinage depuis la mort de sa femme, Josefa, en 1813. Peut-être fuit-il aussi l'inquisition rétablie depuis 1814.

Terrassé à nouveau par la maladie, frôlant la mort, il ne peut y emménager immédiamenent . Il est soigné par son ami Arrieta. Il lui dédie un tableau sur lequel figure son autoportrait. On y voit Arrieta le soutenir et lui tendre un verre contenant probablement une potion. 

Il inscrit en bas : "Goya reconnaissant, à son ami Arrieta : pour la justesse et l'application avec lesquelles il lui a sauvé la vie dans son intense et dangereuse maladie, dont il a souffert fin 1819, à l'âge de soicante-treize ans. Il l'a peint en 1820"

Huile sur toile - 115x80cm - Institut des Arts, Minneapolis

Huile sur toile - 115x80cm - Institut des Arts, Minneapolis

Goya rétablit s'installe à la Quinta del Sordo

La Quinta del Sordo photographiée en 1910

La Quinta del Sordo photographiée en 1910

De 1820 à 1823, Goya peint directement sur les murs de plâtre de deux pièces de dimensions identiques, situées l'une au dessus de l'autre, de grandes fresques à l'huile. C'est un travail confidentiel dans lequel il projette ses peurs et ses fantasmes et que seuls ses intimes peuvent voir. Il ne le fait pas pour être admiré (ce que nous faisons contre son gré maintenant). Il continue là ce qu'il a pratiqué toute sa vie : deux facettes de production séparées, carrière double quasiment unique dans l'histoire de la peinture.

- D'un côté, il exécute des portraits de la bonne société madrilène, mène sa pratique de peintre officiel de la cour malgré les changements de politique et de dirigeants, les guerres et les oppressions. Pour s'assurer des revenus réguliers et pour subvenir aux besoins de sa famille qu'il aime, il courbe les genoux mais pas la tête ("Ma raison n'est pas duite à se courber et fléchir, ce sont mes genoux" dit Montaigne)

- De l'autre, il donne libre court à son imagination dans une abondante production confidentielle de dessins qu'il réunit en albums. Il dessine ce qu'il voit et ce qu'il imagine, restitue ses rêves et ses cauchemars. La violence humaine y tient aussi une grande place. une partie de ses dessins sont repris dans ses séries de gravures, les "Caprices" et les "Misères de la guerre".

Rappelons que Goya reste le plus grand graveur à l'eau-forte du XIXe siècle, le grain d'aquatinte qu'il utilise ajoutant un grain supplémentaire de folie à ses rêves. L'encre noire correspond également à son tempérament : Goya a toujours en lui "quelque chose de noir à contenter" dira plus tard Delacroix.

Il concrétise dans ses "Peintures noires" son univers intérieur. Il est difficile, comme dans beaucoup de ses gravures, d'en déchiffrer le sens. Il n'y a pas un lien évident entre les peintures qui décorent la Quinta del Sordo. Entre 1874 et 1878, les peintures sont détachées du plâtre et transférées sur toiles par Martinez Cubells, premier restaurateur du Musée du Prado. Les œuvres ont été au préalable photographiées : elles montrent que certains tableaux ont été amputés, retouchés ou des détails effacés.

Les quatorze peintures du Prado sont regroupées dans une unique salle. L'ambiance feutrée, sans lumière extérieure (contrairement à leur installation à la Quinta del Sordo), renforce, pour le visiteur, la noirceur et la dimension dramatique des œuvres. Goya, lui,  souriait peut-être en passant devant certaines figures grotesques qu'il avait peintes.

En 1823, Goya prend la décision de quitter l'Espagne et fait don de sa maison à son petit-fils Mariano. C'est la synthèse de l'œuvre de toute une vie qu'il abandonne sans se retourner et sans regret. A-t-il définitivement tué les démons qui le tourmentaient ?

Pour préserver ses émoluments en qualité de peintre du Roi, il prétexte devoir "prendre les eaux" pour s'installer à Bordeaux avec Leocadia. Il n'est pas en exil, il peut retourner en Espagne, ce qu'il fera régulièrement.

Goya décède à Bordeaux le 16 avril 1828, il était né en 1746 à Saragosse.

cliquez sur les images pour les agrandir

"LES PEINTURES NOIRES" dans la Quinta del Sordo

Les titres donnés aux peintures sont postérieurs à la mort de Goya

AU REZ-DE CHAUSSEE

 

Au dessus de la porte : "Deux vieux mangeant de la soupe" - 53x85cm

A gauche : "Vieillard et démon". le vieillard pourrait être Goya auquel le démon souffle à l'oreille des visions noires. -142x65cm

A droite de la porte d'entrée : "Portrait de Léocadia" -  La balustrade qui se trouve derrière Léocadia pourrait être une tombe, Goya évoquant la sienne - 147x132 cm

 

Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017
Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017

Sur le mur de droite "Le Grand bouc ou Le Sabbat des sorcières"- 140x438cm

Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017

REZ DE CHAUSSEE - Côté opposé

 

Sur le mur de droite  : "Le pèlerinage de San Isidro" - 138x436cm

Au fond à droite : "Judith et Holopherne" - 146x84cm

A gauche : "Saturne" 141x81cm

Goya a souvent représenté la violence dans le sexe. Dans Judith et Holopherne, la femme tue l'homme, dans Saturne, c'est la femme qui est dévorée par l'homme

Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017
Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017

AU PREMIER ETAGE

 

Au fond :

A droite : "Deux femmes riant " - 125x66cm

A gauche : "La lecture" 126x66cm

Dans le tableau "Deux femmes riant ", l'homme dissimule sa main sous un tissu. Dans son livre "Goya à l'ombre des lumières", Tzvetan Todorov nomme ce tableau "La masturbation", lui opposant "La Lecture". Le premier pouvant signifier l'abrutissement du peuple, le second l'activité recommandé par les "éclairés".

Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017

Sur le mur de droite : "La promenade du Saint Office" montre les rituels de l'inquisition comme des cérémonies diaboliques - 127x266cm

Sur le mur de gauche : "Duel à coup de gourdins" - Deux paysans font une lutte fratricide, enfoncés dans la terre jusqu'aux genoux, ils sont symétriques, images miroirs. La cause pour laquelle ils croient se battre ne suffit pas à les distinguer. (une autre théorie indique que le bas des jambes a été effacé)  - 123x266cm

Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017

PREMIER ETAGE - Côté opposé

 

Sur le mur à gauche de la porte d'entrée : "Asmodée" - 127x263cm - sans doute l'œuvre la plus énigmatique de Goya. Asmodée, représenté ici en démon feminin, transporte dans les airs don Cleophas, les deux pouvant s'introduire dans l'intimité des personnes et contempler leurs vices. Cleophas indique sur la colline un village qui va être détruit, une bataille se déroulant dans la vallée.

En face : "Les Parques ou les Moires" -  123x266cm - Ces trois divinités appelées Moires par les grecs (Parques par les Romains) symbolisent le destin.

- Clotho file les jours et les évènements de la vie

- Lachesis enroule les fils et tire les sorts

- Atropos coupe avec ses ciseaux le fil de la vie

Sur le tableau un quatrième personnage regarde le ciel à travers une loupe

 

Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017

A côté de la porte, à gauche : "Le chien" - 131x79cm - Perdu dans l'espace du tableau, le chien regarde quelque chose, mais quoi ? Ce tableau merveilleux, lumineux contrairement aux autres, semble annonciateur de l'avènement de l'art moderne.

Les peintures noires de Goya - Musée du Prado - Madrid - Visite de décembre 2017

Il manquerait à cette série un quinzième tableau, placé à droite de la porte, qui pourrait être "Têtes dans un paysage" 49X83cm  conservé à New York au Musée Stanley Moss.

 

Avant de quitter le Prado je suis retournée une seconde fois dans cette salle des "Peintures noires" et depuis mon retour de Madrid je reste plongée dans l'univers de Goya, dans ses peintures et dans ses gravures. Je parlerai prochainement des "Caprices".

Nota - Toutes les photos sont issues d'internet, il est impossible de photographier au Prado. Elles ne sont pas toutes de très bonne qualité, le noir est beaucoup moins présent que dans la réalité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rubi Anne-Marie 22/03/2018 16:56

ViSite et commentaires toujours très intéressants !

ludi 21/03/2018 22:41

Encore un très bon.article Michelle,bravo.J adore les "Peintures Noires",mes oeuvres préférées de Goya, saisissantes,touchantes,j adore!Bises.

almanito 21/03/2018 14:47

Fascinant Goya mais c'est tellement mieux avec tes explications et ton décryptage. On ressent ta passion et ton émotion tout au long de ce passionnant reportage, merci Michèle.

NISE 21/03/2018 14:46

Comment te manifester mon admiration après les beaux commentaires de Rufus et emma ....Merci pour ce moment intense. Je t'embrasse tendrement;

emma 21/03/2018 10:07

merci, Michèle, pour cette passionnante plongée dans le monde de Goya, la première de tes analyses de couleurs (si harmonieuses) est à elle seule un superbe tableau abstrait

Rufus 21/03/2018 08:54

Article "magistral" chère Michèle (votre modestie dû t'elle souffrir de ce qualificatif). Je le consulterai souvent et longtemps. Un grand merci à vous pour cette nouvelle preuve de vos qualités exceptionnelles de chroniqueuse.

Articles récents