Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.


TINTORET - Naissance d'un génie - Musée du Luxembourg - Mai 2018

Publié par voir-ou-revoir sur 10 Mai 2018, 10:42am

Catégories : #Expositions à Paris

ANNEE 1538-1540 et début 1550

Lors d'un séjour à Venise, je me souviens être restée étourdie devant le fourmillant "Paradis" du Tintoret, dans la salle du Grand Conseil du Palais des Doges. L'œuvre spectaculaire se déploie sur sept mètres par vingt-deux, les bienheureux s'y pressent dans des vagues d'ombres et de lumière.

Le Paradis - Venise Palais des Doges - achevé en 1592 - image internet

Le Paradis - Venise Palais des Doges - achevé en 1592 - image internet

Je retrouve dans les œuvres de jeunesse du peintre, réunies dans l'exposition du Musée du Luxembourg, les prémices de cette grande mise en scène avec les premiers plans dans "Jésus parmi les docteurs" (1539), les tumultes dans "La conversion de Saint-Paul" (1538/1539), les contre-plongées impressionnantes dans les décors pour le palais de Vettor Pisani (1542).

Jésus parmi les docteurs (dit aussi La Disputa) 1539 - Milan Musée del Duomo -  cliquez sur les images pour les agrandir
Jésus parmi les docteurs (dit aussi La Disputa) 1539 - Milan Musée del Duomo -  cliquez sur les images pour les agrandir

Jésus parmi les docteurs (dit aussi La Disputa) 1539 - Milan Musée del Duomo - cliquez sur les images pour les agrandir

La conversion de Saint Paul (1538/1539)- Washington National Gallery - image internet

La conversion de Saint Paul (1538/1539)- Washington National Gallery - image internet

Les tableaux pour le palais de Pisani ont trouvé leur inspiration à Mantoue. Tintoret et Pisani ont fait le déplacement avant 1541 pour admirer le décor du palais du Té peint par Jules Romain vers 1527. Tintoret n'a que vingt-deux ans lorsqu'il décore le palais Pisani, un siècle plus tard, Carlo Ridolfi, son premier biographe, parlera d'un renouveau sans précédent dans l'histoire de la décoration intérieure. Deux magnifiques décors hexagonaux sont présentés au Musée du Luxembourg.

Jupiter et Sémélé  et Deucalion et Pyrrha priant devant la statue de Thémis. huile sur bois - 127x124cm - Modène, Gallerie Estensi - cliquez sur les images pour les agrandirJupiter et Sémélé  et Deucalion et Pyrrha priant devant la statue de Thémis. huile sur bois - 127x124cm - Modène, Gallerie Estensi - cliquez sur les images pour les agrandir

Jupiter et Sémélé et Deucalion et Pyrrha priant devant la statue de Thémis. huile sur bois - 127x124cm - Modène, Gallerie Estensi - cliquez sur les images pour les agrandir

Une salle du palais du Té - peint par Jules Romain - images internet

Une salle du palais du Té - peint par Jules Romain - images internet

Les tableaux "extravagants" du Tintoret, comme le soulignait Vasari, contrastent avec le style sobre des portraits se détachant sur un fond sombre, sobriété virtuose qui pourrait s'expliquer par la multiplication des commandes de portraits à la fin des années 1540.

A la différence de Florence, Venise n'est pas une cité princière, le marché de l'art y fait son apparition plus tôt qu'ailleurs pour proposer à la vente des peintures. Peintre indépendant, Tintoret travaille vite et avec acharnement, il n'hésite pas à casser les prix, au grand dam de ses rivaux, car la concurrence fait rage.

Tintoret donne à ses personnages une densité et une solidité de statues qui provient des liens qu'il entretient avec la sculpture (mais parfois les silhouettes allongées et les visages amincis s'apparentent à ceux du Gréco). L'époque est au débat, à savoir quel est l'art le plus noble, peinture ou sculpture. Le peintre estompe la controverse avec sa pratique : pour travailler une toile il utilise des moulages ou des copies de statues de Michel Ange, exécute et fait exécuter par son atelier des dessins d'après des moulages de sculptures.

Si la plupart de ses tableaux laissent apparaître un coup de pinceau libre et rapide et des touches apparentes, Tintoret peut aussi travailler de manière soignée : artiste éclectique, il s'adapte sans doute selon les nécessités.

Ce "petit teinturier" (Tintoret parce qu'il est issu d'une famille de teinturier et qu'il est de petite taille) est à la tête de son propre atelier à Venise alors qu'il n'a que 19 ans. En dehors de ce fait on ne sait presque rien de lui.

En 1548, il peint "Le Miracle de l'esclave" pour la Scuola Grande di San Marco (1) , la plus grande confrérie de Venise : le Saint à la tunique rouge surgit de l'espace et fonce sur la foule pour sauver l'esclave (le Saint aurait pu inspirer un héros cinématographique du XXe siècle). 

(1) Confréries caritatives et laïques, propres à Venise, qui tempéraient les multiples corporations et guildes - dont celles des artisans, des pêcheurs, des peintres etc...-

Le Miracle de l'esclave - 1548 - huile sur toile - 451x541 - Venise Galerie dell'Academia - image internet

Le Miracle de l'esclave - 1548 - huile sur toile - 451x541 - Venise Galerie dell'Academia - image internet

C'est la consécration pour Tintoret, suivront les années de gloire avec les commandes importantes pour le Palais de Camenlerghi, le Palais des Doges, et son chef d'œuvre, les soixante-cinq fresques de la Scuola Grande di San Rocco.

A noter également deux œuvres majeures de ses dernières années : "La  Cène", synthèse de ses recherches artistiques (profondeur de l'espace et perspective, harmonie de l'agencement des personnages, couleurs absorbées par la lumière), et son "Autoportrait" de 1587.

Autoportrait - Musée du Louvre - image internet

"La   Cène" 1592/1594 - Basilique San Giorgo Maggiore Venise  - image internet

"La Cène" 1592/1594 - Basilique San Giorgo Maggiore Venise - image internet

Jacopo Robusti (dit Tintoret) né en 1518 à Venise, n'a pratiquement jamais quitté sa ville. Il décède dans sa maison de la Fondamenta del Mori le 31 mai 1594. Il contribua à faire de Venise une des plus grandes villes d'art du XVIe siècle. L'exposition du Musée du Luxembourg célèbre le 500e anniversaire de sa naissance.

La maison de Tintoret

Tintoret étant rarement exposé en France, cette exposition est à voir absolument et même à revoir. Je souhaite que les photos qui suivent vous donne envie de vous y précipiter.

Autoportrait - 1547 - Philadelphie

Autoportrait - 1547 - Philadelphie

Adoration des mages - 1537-1538 - Madrid Prado

Adoration des mages - 1537-1538 - Madrid Prado

Le lavement des pieds - 1539 - Huile sur toile - Musée de Grenoble
Le lavement des pieds - 1539 - Huile sur toile - Musée de Grenoble

Le lavement des pieds - 1539 - Huile sur toile - Musée de Grenoble

Adoration du veau d'or - 1544 - Huile sur bois - Vienne

Adoration du veau d'or - 1544 - Huile sur bois - Vienne

Suzanne - 1541/1542 - Huile sur bois - Collection particulière. Où sont les vieillards ?

Suzanne - 1541/1542 - Huile sur bois - Collection particulière. Où sont les vieillards ?

1) Portrait de Marco Giustignan - 1559 ? Worms - 2) Portrait de Lorenzo Soranzo ? - 1547 - 3) Portrait d'homme (1547-1548 ou vers 1557 - Florence - cliquez sur les images pour agrandir1) Portrait de Marco Giustignan - 1559 ? Worms - 2) Portrait de Lorenzo Soranzo ? - 1547 - 3) Portrait d'homme (1547-1548 ou vers 1557 - Florence - cliquez sur les images pour agrandir
1) Portrait de Marco Giustignan - 1559 ? Worms - 2) Portrait de Lorenzo Soranzo ? - 1547 - 3) Portrait d'homme (1547-1548 ou vers 1557 - Florence - cliquez sur les images pour agrandir

1) Portrait de Marco Giustignan - 1559 ? Worms - 2) Portrait de Lorenzo Soranzo ? - 1547 - 3) Portrait d'homme (1547-1548 ou vers 1557 - Florence - cliquez sur les images pour agrandir

Portrait d'une jeune femme 1553 - Huile sur toile Amersfoort

Portrait d'une jeune femme 1553 - Huile sur toile Amersfoort

La Sainte Famille avec le jeune  Jean-Baptiste vers 1550. Huile sur bois - New Haven - L'intérêt de ce tableau est de dévoiler le processus créatif. Il servait peut-être de pièce de présentation destiné à impressionner le client potentiel - cliquez sur les images pour agrandir
La Sainte Famille avec le jeune  Jean-Baptiste vers 1550. Huile sur bois - New Haven - L'intérêt de ce tableau est de dévoiler le processus créatif. Il servait peut-être de pièce de présentation destiné à impressionner le client potentiel - cliquez sur les images pour agrandirLa Sainte Famille avec le jeune  Jean-Baptiste vers 1550. Huile sur bois - New Haven - L'intérêt de ce tableau est de dévoiler le processus créatif. Il servait peut-être de pièce de présentation destiné à impressionner le client potentiel - cliquez sur les images pour agrandir

La Sainte Famille avec le jeune Jean-Baptiste vers 1550. Huile sur bois - New Haven - L'intérêt de ce tableau est de dévoiler le processus créatif. Il servait peut-être de pièce de présentation destiné à impressionner le client potentiel - cliquez sur les images pour agrandir

Le Christ et la femme adultère 1547-1549 - huile sur toile - Amsterdam

Le Christ et la femme adultère 1547-1549 - huile sur toile - Amsterdam

Détail - Le Christ et la femme adultère

Détail - Le Christ et la femme adultère

L'enlèvement du corps de Saint Marc - 1545 - Huile sur toile - Bruxelles

L'enlèvement du corps de Saint Marc - 1545 - Huile sur toile - Bruxelles

Détail - L'enlèvement du corps de Saint Marc

Détail - L'enlèvement du corps de Saint Marc

La princesse, Saint Georges et Saint Louis - 1551 - Huile sur toile - 246x146cm - Venise Accademia

La princesse, Saint Georges et Saint Louis - 1551 - Huile sur toile - 246x146cm - Venise Accademia

Le Péché Originel - 1551-1552 - Venise Accademia - cliquez sur les images pour agrandir
Le Péché Originel - 1551-1552 - Venise Accademia - cliquez sur les images pour agrandirLe Péché Originel - 1551-1552 - Venise Accademia - cliquez sur les images pour agrandir

Le Péché Originel - 1551-1552 - Venise Accademia - cliquez sur les images pour agrandir

Et,  mon coup de cœur pour l'éclat et la fraicheur de ces tableaux rectangulaires, appartenant à un ensemble de sept peintures - un tableau ovale et six panneaux rectangulaires - qui content l'héroïsme des femmes de l'Ancien Testament.

Esther devant Assuerus - 1554-1555 - Madrid Le Prado

Esther devant Assuerus - 1554-1555 - Madrid Le Prado

Détails - cliquez sur les images pour agrandirDétails - cliquez sur les images pour agrandir
Détails - cliquez sur les images pour agrandirDétails - cliquez sur les images pour agrandir

Détails - cliquez sur les images pour agrandir

Suzanne et les vieillards - 1554-1555 - Madrid Le Prado

Suzanne et les vieillards - 1554-1555 - Madrid Le Prado

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

NISE 11/05/2018 17:50

Je pense que Tintoret lui même ne serait pas insensible à ta somptueuse présentation; cette exposition est magnifique, quel génie. Tendres bisous;

almanito 10/05/2018 16:47

Que dire après le commentaire savant d'Emma.. J'ai beaucoup apprécié ta présentation et tes explications sans lesquelles je me sentirais perdues, et j'ai aussi préféré les portraits, avec un sourire bien sûr pour l'ange cinématographique. Merci Michèle

emma 10/05/2018 13:50

admirative bien sur de la performance technique des tableaux panoramiques foisonnants, j'aime bien mieux les 2 tableaux hexagonaux ainsi que les portraits ; j'apprécie l'humour de ta remarque sur le saint sauveur qui arrive des airs, c'est vrai que c'est un ancêtre de superman ; vrai aussi qu'il y a du pré-Goya dans certaines silhouettes allongées - amusant le mélange des époques au niveau des costumes, par ex dans le miracle de l'esclave, censé probablement se situer en orient (???) par les turbans, et qui mêle des vêtements à l'antique et des costumes 16e. Quant à sa Cène, elle est extraordinaire, un peu pompier, certes avec le chœur des anges et déco baroque, mais bien plus vivante et moins raide que la photo officielle par Léonard

merci, Michèle, C'est super de pouvoir visiter tout cela grâce à toi, une fois de plus !

Rufus 10/05/2018 13:42

Une merveilleuse exposition, une remarquable présentation (bravo chère Michèle), quel bonheur pour vos fidèles ! J'ai relevé, en particulier, le talent du Tintoret à nous faire "sentir" sur nous le regard de beaucoup de ses personnages. Merci encore a vous Michèle.

Articles récents