Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.


HOMERE - Louvre Lens - Mai 2019

Publié par voir-ou-revoir sur 15 Juin 2019, 18:16pm

Catégories : #Expositions Province

HOMERE - Louvre Lens - Mai 2019
HOMERE - Louvre Lens - Mai 2019
HOMERE - Louvre Lens - Mai 2019

Homère, poète mythique, lisons-nous de nos jours !

Et pourtant Hérodote (-484/-425) lui attribue bien l’Iliade et l'Odyssée, le fait naître près de Smyrne au IXè sièle av. JC, le fait mourir dans l'île d'Ios, le confirme "vieillard aveugle, très respecté, récitant ses épopées devant des auditeurs venus de toute la Grèce".

Et la "Vie d'Homère" écrite par Hérodote se trouve qualifiée d'oeuvre apocryphe.

Laissons la les controverses passionnées que l'identité d'Homère suscite depuis deux mille cinq cents ans : peu importe qu'Homère soit né à Smyrne ou ailleurs, qu'il ait écrit seul ou avec ses compagnons, aèdes d'une confrérie, ces récits "homériques" tirés du fatras de la mythologie grecque. L'Iliade et l'Odyssée que nous connaissons aujourd'hui ne sont sans doute pas le mot à mot de la création initiale, peu importe, nous sentons qu'un Homère est près de nous, dans cette exposition de Lens, aveugle ou pas, barbu ou rasé...

Portrait d'Homère aveugle. marbre 150 av. JC

Portrait d'Homère aveugle. marbre 150 av. JC

David d'Angers - Portrait d'Homère - vers 1850 - Pierre noire - texte à l'encre brune

David d'Angers - Portrait d'Homère - vers 1850 - Pierre noire - texte à l'encre brune

Rubens - Portrait d'Homère - vers 1600-1640 - Pierre noire et encre brune

Rubens - Portrait d'Homère - vers 1600-1640 - Pierre noire et encre brune

Italie ? Homère prophète - 17e - eau-forte

Italie ? Homère prophète - 17e - eau-forte

Auguste Leloir - Homère chantant ses poèmes - huile sur toile - 1841

Auguste Leloir - Homère chantant ses poèmes - huile sur toile - 1841

détail

détail

Camille Corot - Homère et les bergers - 1845 - huile sur toile

Camille Corot - Homère et les bergers - 1845 - huile sur toile

Philippe-Laurent Roland - Homère - 1812 - marbre

Philippe-Laurent Roland - Homère - 1812 - marbre

Homère et son guide - vers 1852 - plâtre patiné

Homère et son guide - vers 1852 - plâtre patiné

HOMERE - Louvre Lens - Mai 2019

L'ILIADE

L'épopée se déroule pendant la guerre de Troie dans laquelle s'affrontent les Achéens venus de toute la Grèce et les Troyens et leurs alliés, chaque camp est soutenu par diverses divinités comme Athéna, Poséidon ou Apollon

J'ai choisi de vous parler de quelques héros.

Achille

Achille était le fils de Thétis et de Pélée, un mortel qui ne devint petit roi qu'à la fin de sa vie . Thétis et Pélée était séparés. Pelée abandonna son fils au centaure Chiron. Chiron éleva correctement, mais fort virilement Achille : il lui enseigna l'art équestre, la chasse, et lui appris à jouer du pipeau ! Achille tua son premier sanglier à six ans, les lions suivirent très vite.

L'enfance d'Achille n'était pas propre à faire de lui un jeune homme rêveur et passif, mais ce n'était pas le but. Vint la guerre de Troie, où Achille se révéla le plus grand guerrier grec jamais vu. 

La guerre de Troie est riche en aventures guerrières, en voici une particulière :

Pendant longtemps, les Grecs ne purent prendre d'assaut Troie, par contre ils dévastaient les campagnes et les villes voisines. De là vint qu'Agamemnon remplaça avantageusement sa femme Clytermnestre par la belle Chryséis. Chryséis était la fille d'un prêtre d'Apollon, Apollon sollicité fit rendre Chryséis. Achille lui s'était attribué Briséis, plus mignonne encore. Agamemnon imposa à Achille de compenser par Briséis la perte qu'il devait à Apollon. Achille le prit très mal : ce fût la Colère d'Achille dont on parle encore.

Achille resta sous sa tente, refusa de participer à la guerre, retira ses Myrmidons du combat  (ses troupes personnelles). Il prépara son départ. Sans Achille, tout tourna mal. Thétis tenta de raisonner son fils, elle échoua. Achille avait un ami, Patrocle, qui ne l'approuvait pas. Achille lui prêta sa cuirasse et Patrocle partit au combat... fit des miracles, mais mourût....et Achille repartit aussitôt à la guerre.

Florence - Les Adieux d'Achille et de Briseis - vers 1475-1500 - panneau de cassone

Florence - Les Adieux d'Achille et de Briseis - vers 1475-1500 - panneau de cassone

Antoine Coypel - La colère d'Achille - vers 1711

Antoine Coypel - La colère d'Achille - vers 1711

Achille en colère

Achille en colère

Après s'être réconcilié avec Agamemnon, Achille est poursuivi par le  fleuve Scamandre, également appelé Xanthe. Achille croit sa mort venue, Poséidon et Athéna lui apparaissent. Le dieu des océans lui dit que son destin n'est pas de mourir noyé et lui donne la force de fuir le fleuve qui le pourchasse. 

Henri Frédéric Schopin - Achille poursuiva par le Scamandre - 1821 - huile sur toile

Henri Frédéric Schopin - Achille poursuiva par le Scamandre - 1821 - huile sur toile

Paul Jourdy - Achille affrontant le fleuve Scamandre - 1831

Paul Jourdy - Achille affrontant le fleuve Scamandre - 1831

David d'Angers - Thétis apportant son casque à Achille - 1815 - Plâtre

David d'Angers - Thétis apportant son casque à Achille - 1815 - Plâtre

Coypel - Les Adieux d'Hector et Andromaque - 1711 - huile sur toile

Coypel - Les Adieux d'Hector et Andromaque - 1711 - huile sur toile

Carpeaux - Hector implorant les dieux en faveur de son fils Astyanax - 1854 - détail

Carpeaux - Hector implorant les dieux en faveur de son fils Astyanax - 1854 - détail

Rubens - Hector tué par Achille - 1630 - rendu fou par la mort de Patrocle, Achille tue Hector - Huile sur toile

Rubens - Hector tué par Achille - 1630 - rendu fou par la mort de Patrocle, Achille tue Hector - Huile sur toile

Détail

Détail

Giovanni Antonio Pellegrini - Achille contemplant le corps de Patrocle - vers 1700 - Huile sur toile

Giovanni Antonio Pellegrini - Achille contemplant le corps de Patrocle - vers 1700 - Huile sur toile

Détail

Détail

Jérome-Martin Langlois - Priam aux pieds d'Achille - 1809 Huile sur toile

Jérome-Martin Langlois - Priam aux pieds d'Achille - 1809 Huile sur toile

Italie - Le rachat du corps d'Hector - vers 190-200 après JC - face principale de sarcophage - marbre

Italie - Le rachat du corps d'Hector - vers 190-200 après JC - face principale de sarcophage - marbre

Détail

Détail

Rubens - Thétis recevant d’Héphaïstos les armes d'Achille - 1630 Huile sur bois

Rubens - Thétis recevant d’Héphaïstos les armes d'Achille - 1630 Huile sur bois

Pâris

Hécube, fille de Dymas, roi des Phrygiens, devint la seconde femme de Priam. Elle lui donnera dix-neuf enfants, le premier étant Pâris.

La veille de la naissance de Pâris, Hécube rêva qu'elle avait mis au monde un fagot tout grouillant de serpents de feu, de là brûlaient la ville de Troie et les forêts du mont Ida...

Priam consulta Aesacos, son fils devin, qui préconisa la mort de l'enfant et de la mère. Priam était hésitant... le lendemain, Aesacos accepta de limiter le traitement à la mort de l'enfant. Priam, ennuyé, chargea du sacrifice Agéleos, chef des bergers. Agéleos ne pût s'y résoudre, il abandonna Pâris sur le mont Ida. Revenu cinq jours plus tard, il retrouva le petit enfant dans les "bras" d'une ourse qui l'allaitait. Il décida alors de le ramener chez lui et de l'élever comme son fils. Il pris toutefois la précaution de montrer une langue de chien à Priam comme preuve de la mort de l'enfant.

Pâris grandit, très vite il se révéla prodigieux : intelligence remarquable, force extraordinaire, beauté merveilleuse (oui rêvons mesdames !). Oenoné, nymphe des fontaines, trouva Pâris à son goût et le choisit comme amant.

Les grands dieux découvrirent Pâris, s'intéressèrent à lui, et quand Zeus eut besoin d'un juge pour se sortir de l'affaire "Qui est la plus belle ?" Pâris dût juger. Les ennuis allaient venir assez vite.

Carrache - Le jugement de Pâris - 1600/1619 - sanguine, plume, encre brune et lavis, rehauts de gouache blanche

Carrache - Le jugement de Pâris - 1600/1619 - sanguine, plume, encre brune et lavis, rehauts de gouache blanche

Limoges - Le jugement de Pâris - vers 1500-1575 - émail

Limoges - Le jugement de Pâris - vers 1500-1575 - émail

Manufacture des Gobelins - Le jugement de Paris - inspirée d'une oeuvre perdue de Raphael. 1691/1703

Manufacture des Gobelins - Le jugement de Paris - inspirée d'une oeuvre perdue de Raphael. 1691/1703

Détail

Détail

Détail

Détail

Infortunée Hélène !

Hélène était fille de Zeus et de Némésis, déesse de la vengeance, car, un jour, Zeus trouva Némésis fort à son goût. Afin d'échapper à Zeus, Némésis prît la forme d'une oie, Zeus prit alors l'aspect d'un cygne, et Hélène vint au monde dans une coquille. Némésis accoucha en effet d'un oeuf qu'elle pondit dans un bois près de Sparte.  

Enlevée à douze ans par Thésée, fils de Poséidon, Hélène se retrouve à Sparte à la cour du roi Tyndare. Hélène à Sparte, les prétendants affluent. Hélène épouse Ménélas et lui donne une fille, Hermione.

Pâris, de passage à Sparte, voit Hélène, l'aime éperdument. Hélène, de son côté sait qu'elle va succomber.

Tout a été agencé par Aphrodite qui a promis à Pâris la main de la plus belle femme du monde, car il lui avait fait obtenir une certaine pomme d'or aux dépens d'Héra et d'Athéna (c'est ainsi que Ménélas est soudainement appelé en Crête pour y préparer les funérailles de son grand-père). Les deux amoureux, oubliés, gagnent Troie. Pâris épouse Hélène, adorée par toute la ville. Mais les Grecs le prirent mal.

Et, vingt ans plus tard, Pâris mourait au combat, non sans avoir tué Achille. Hélène rentrait à Sparte avec Ménélas, son mari grec, de Troie ne restaient que des cendres.

Antoine-Jean Gros - Hélène et Pâris - 1800/1835 - Huile sur toile

Antoine-Jean Gros - Hélène et Pâris - 1800/1835 - Huile sur toile

Atelier Fontant, d'après Raphael - l'enlèvement d'Hélène - 1540/1550 - céramique

Atelier Fontant, d'après Raphael - l'enlèvement d'Hélène - 1540/1550 - céramique

Gérard Lairesse - Le débarquement d'Hélène, conduite par Paris au Palais de Priam à Troie - 1685/1690 - Huile sur toile

Gérard Lairesse - Le débarquement d'Hélène, conduite par Paris au Palais de Priam à Troie - 1685/1690 - Huile sur toile

Gustave Moreau - Hélène sur les remparts de Troie - 1826 - Huile sur toile

Gustave Moreau - Hélène sur les remparts de Troie - 1826 - Huile sur toile

HOMERE - Louvre Lens - Mai 2019

L’ODYSSÉE

L'Odyssée relate le retour chez lui du héros Ulysse, qui, après la guerre de Troie dans laquelle il a joué un rôle déterminant, met dix ans à revenir dans son île d'Ithaque.

 Ulysse et Pénélope

Ulysse passait pour être le fils de Laerte, mais était en vérité le fils de Sysiphe, donc un petit fils d'Eole. Sa mère était Anticlée dont le père Autolycos était un voleur et un tricheur renommé. 

Pénélope était fille d'Icarios, fils d'un roi de Sparte, c'est Tyndare , son oncle, qui lui fît épouser Ulysse. Pénélope s'appelait en réalité, Arnaea. Mais un jour, sur ordre de son père, elle fût précipitée dans la mer. Une bande de canards tachetés de rouge la sauvèrent, puis la ramenèrent sur terre. Arnaea pris alors le nom de Pénélope (dénomination du canard en grec).

Les faits et gestes d'Ulysse durant la guerre de Troie et lors de son voyage de retour à Ithaque sont trop connus. Par contre la fin de vie du couple, moins connue, mérite d'être rappelée.

Ulysse retrouvant, avec l'aide d'Athéna, le sol d'Ithaque, fut reconnu par Argos, son vieux chien, par Euryclée, sa nounou, par Télémaque et par Pénélope. Les ignobles prétendants étant supprimés, le parfait bonheur aurait dû régner, à jamais, à Ithaque ! Pénélope, pour toujours, dans les bras d'Ulysse, près d'eux le doux Télémaque et Laerte le grand-père attendri, un rêve ! 

Restait à apaiser Poséidon qui n'oubliait pas que son fils chéri, le cyclope Polyphème, avait perdu son oeil unique, perçé d'un coup de lance par Ulysse. Ulysse conseillé par le devin Tirésias, partit à pied vers le lieu où il devait expier. Il s'en tira très bien : le  sacrifice d'un bélier, d'un taureau et d'un sanglier et Poséidon pardonna.

A son retour, Télémaque n'était plus là. Tirésias avait prédit qu'Ulysse serait tué par son fils. Effectivement, Télégonos, l'un des trois garçons qu'Ulysse avait eu de Circé, à la recherche de son père, débarqua sur Ithaque. Se croyant sur une île hostile, une bataille eut lieu, et Ulysse fut tué. Finalement Télégonos épousa Pénélope, et Télémaque abordant sur l'ïle d'Eea épousa Circé !

Manufacture des Gobelins - d'après Simon Segal - Le voyage d'Ulysse - Les sirènes - 1950 - laine

Manufacture des Gobelins - d'après Simon Segal - Le voyage d'Ulysse - Les sirènes - 1950 - laine

Léon Belly - Ulysse et les sirènes - 1867 - Huile sur toile

Léon Belly - Ulysse et les sirènes - 1867 - Huile sur toile

Chagal - Ulysse et les  sirènes 1974/1975 - lithographie

Chagal - Ulysse et les sirènes 1974/1975 - lithographie

Antoine Bourdelle - Pénélope - 1909 - bronze

Antoine Bourdelle - Pénélope - 1909 - bronze

Marioton - Ulysse et Nausicae - 1888 - Huile sur toile

Marioton - Ulysse et Nausicae - 1888 - Huile sur toile

John William Waterhouse - Circé offrant une coupe à Ulysse - 1891 - Huile sur toile

John William Waterhouse - Circé offrant une coupe à Ulysse - 1891 - Huile sur toile

Photo wikipedia

Photo wikipedia

Milo (Grèce) Ulysse retrouvant Pénélope - vers 460/450 av. JC

Milo (Grèce) Ulysse retrouvant Pénélope - vers 460/450 av. JC

Henri-Lucien Doucet - Reconnaissance d'Ulysse et Télémaque sous le regard d'Athena - 1880 - Huile sur toile

Henri-Lucien Doucet - Reconnaissance d'Ulysse et Télémaque sous le regard d'Athena - 1880 - Huile sur toile

Détail

Détail

Gustave Boulanger - Ulysse reconnu par sa nourrice Euryclée - 1849 - Huile sur toile

Gustave Boulanger - Ulysse reconnu par sa nourrice Euryclée - 1849 - Huile sur toile

Détail

Détail

Louis Pallière - Ulysse et Télémaque massacrant les prétendants de Pénélope - 1812 - Huile sur toile

Louis Pallière - Ulysse et Télémaque massacrant les prétendants de Pénélope - 1812 - Huile sur toile

Allemagne - Vitraille en grisaille teinté de jaune - 1585/1600 - Ulysse tuant les prétendants

Allemagne - Vitraille en grisaille teinté de jaune - 1585/1600 - Ulysse tuant les prétendants

Derain - Retour d'Ulysse - 1938

Derain - Retour d'Ulysse - 1938

Détail

Détail

Une exposition riche en oeuvre et passionnante, une façon  de retrouver les histoires fantastiques de l'Iliade et l'Odyssée.

Photos M.Pellevillain - sauf indication 

Jusqu'au 22 Juillet 2019 -

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

almanito 18/06/2019 15:10

Que de tourments dans ces vies, les nôtres semblent bien paisibles en comparaison mais nos politiques ont su prendre exemple sur Achille en jouant du pipeau eux aussi.
Sans plaisanter merci Michèle pour la somme de travail accompli et passionnant à lire, récits bien utiles et illustrations mises en page. Et ravie de trouver une toile de Gustave Moreau que j'adore, si onirique parmi toutes ces oeuvres classique.

voir-ou-revoir 18/06/2019 19:04

Merci Alma, toujours heureuse de lire tes commentaires !

emma 16/06/2019 16:15

Tu as dû faire un gros travail de documentation pour résumer les tribulations de ces fanatiques de la vendetta, merci de nous rappeler (ou nous apprendre) tout cela !
J'adore le cheval de Troie play mobil de l'entrée joliment stylisé -
Le "fatras de la mythologie grecque", comme tu y vas ! ce fatras, comme celui de la bible nous a donné une overdose d’œuvres convulsives de massacres et femmes nues dans des situations extravagantes, qu'on (je) respire sur le tableau de Chagall , comme une carte postale rigolote avec la sirène boudin en bas à gauche - et Waterhouse amène une touche de romantisme kitch..
(n'as tu pas un peu rajeuni Léon Belly?) .
Quant à l'identité d’Homère, ma foi... c'est Marc Twain je crois (à vérifier ) qui a écrit un truc du genre " les oeuvres de Shakespeare n'ont pas été écrite par Shakespeare, mais par un inconnu, qui d'ailleurs s'appelait aussi Shakespeare"...
merci, Michèle, est ce que Ulysse va te déposer chez Berthe bientôt ?

voir-ou-revoir 16/06/2019 18:10

Merci Emma pour tes commentaires toujours très vivants et encourageants... je dois avouer que j'ai passé beaucoup de temps sur cet article mais j'ai aussi beaucoup appris. J'avais effectivement ressuscité Léon, sans doute portée par l'ambiance "science fiction" de la mythologie.. le pauvre vient de retourner dans le néant, j'ai corrigé l'erreur. Je pense qu'il y a peu de lecteurs qui lisent aussi attentivement que toi, merci aussi pour cela ; j'attends toujours avec impatience de découvrir ton avis. Bien amicalement

emma 16/06/2019 16:17

écrites !!! oh oh oh

Rufus 15/06/2019 18:58

Chère Michèle, votre résumé de l'Iliade et de l'Odyssée pourrait être jugé, par certains, bien léger, je le trouve moi fort bien documenté, et d'un ton merveilleux. Au jeu du chouchou des oeuvres présentées
(manifestement l'exposition apparaît riche en références) : la tapisserie des Gobelins, les sirènes de Simon Segal ! Merci de me pardonner, chère Michèle.

Articles récents