Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.

Publié le par voir-ou-revoir
Publié dans : #Musées Province

Le château de Saché, au coeur de la Touraine, a été érigé au Moyen-âge et remanié à la Renaissance. Il a été mis au goût du XIXe siècle par son propriétaire de l'époque, Jean Margonne, qui y  reçut souvent Honoré de balzac. A Saché de 1830 à 1837, Balzac travailla à l'écriture du "Père Goriot", des "Illusions perdues" et de la "Recherche de l'absolu" et surtout trouva l'inspiration pour écrire "Le lys dans la vallée".
Devenu Musée Balzac en 1951, le château accueille en ce moment des oeuvres de Pierre Alechinsky illustrant un essai peu connu d'Honoré de Balzac, le "Traité des excitants modernes", publié en 1839, en préface au livre de Brillat- Savarin "La physiologie du goût".
Dans cet essai Balzac décrit "les effets nocifs de l'absorption de cinq substances, découvertes depuis environ deux siècles, introduites dans l'économie humaine et qui connaissent des développements si excessifs que les sociétés modernes peuvent s'en trouver modifiées d'une manière inappréciable".
Les cinq substances sont l'alccol, le sucre, le thé, le café et le tabac. Balzac, qui n'était pas sans consommer ces substances - en particulier le café qu'il buvait sans modération - veut démontrer "l'influence sur les destinées humaines de ce qui entre dans la bouche". Il en fait tantôt la critique, tantôt l'éloge, cite des anecdotes, donne des recettes, prévient qu'elles peuvent mener à l'apathie et à la mort. Même si ce que Balzac démontre n'est sans doute pas toujours crédible, le texte reste passionnant, drôle et visionnaire : il devance notre récent "le tabac tue" inscrit sur les paquets de cigarettes ainsi que les recommandations sur l'abus d'alcool et de sucre.
Pierre Alechinsky ne fait pas une illustration mot à mot, on note deux ou trois allusions au texte de Balzac : le tabac qu'il exprime par une fumée de bateau à vapeur (Balzac parle "des prolétaires fumant comme des remorqueurs") ; un récipient pour évoquer le café ou le thé... Alechinsky reste toujours en retrait du texte, laisse aller son imagination et affirme "imager n'est pas concurrencer".
Pour l'édition publiée en 1989 (Editeur Yves Rivière), Alechinsky signe quatorze linogravures et sept eaux-fortes hors texte. Pour le livre, Alechinsky qui avait d'abord réalisé des eaux-fortes à l'aquatinte a finalement opté pour la linogravure compatible avec une presse typographique. Les sept hors textes sont des eaux-fortes en gravure profonde. L'exposition montre l'intégralité des illustrations associées à des extraits de l'essai. Viennent ensuite les variations plastiques déclinées en 1999 et 2009 : dix grandes encres marouflées sur toile et surmontant une prédelle d'une ou deux linogravures, puis les eaux fortes rejetées qu'Alechinsky complète et agrandit avec d'autres gravures en ajoutant des bordures peintes à la tempera.
Le château a réservé quatre salles aux oeuvres. Les autres pièces sont meublées XIXe : salle à manger, salon, chambre de Balzac, salle Rodin, et la "salle de l'imprimerie" où l'on peut admirer trois belles presses.
Une exposition à ne pas manquer si vous passez près de Saché, par contre ne boudez pas le plaisir de lire l'essai savoureux de Balzac.

       Le château - photo MP
SAM 3833
Photos Web
Inauguration de l'exposition en présence d'Alechinsky
images

 
Une plaque de linogravure, en dessous le tirage sur le livre - 
linogravure copie
 livre


photos MP 
Les hors texte   
Une plaque d'eau-forte sur cuivre, en dessous le tirage papierSAM 3827

 

 SAM 3828

 Autres hors texte

SAM 3818

  SAM 3819


 photos Web 

 Quelques variations de 1999 et 2009
Les encres marouflées sur toile avec une predelle avec une ou deux linogravures

Sans titre-1Sans titre-1 copie
Les variations avec bordures peintes à la tempera
photo web
2013-alechinsly-balzacphotos MP
Les grands formats
SAM 3821

 SAM 3822

SAM 3823 SAM 3824   
 "Salle de l'imprimerie"

Une presse lithographique à corneSAM 3829

Une presse typographiqueSAM 3830Une presse à reliure
SAM 3832
Jusqu'au 29 septembre 2013- Musée Balzac - 37190 Saché
Honoré de Balzac - Traité des excitants modernes - édition de poche Babel n° 122 - avec les reproductions des linogravures, des textes de Pierre Alechinsky et de Michel Butor.



Commenter cet article

NANARD 06/10/2013 19:03

bonjour Michèle
j'ai eu l'occasion de voir un documentaire sur Pierre ALECHINSKY le montrant en train de maroufler une de ses oeuvres après l'avoir encrée. Quelle dextérité!Merci pour ce très beau reportage;

margareth 23/09/2013 12:15

Merci Michèle pour ces précisions et conseils.

margareth 22/09/2013 14:18

Je ne connaissais ni ce texte de Balzac ni son illustrateur. J'avoue être assez déroutée par l'oeuvre de cet artiste et je ne sais trop quoi en dire. Il faudrait que je m'y plonge davantage.
Une question : quelle colle est employée pour maroufler une encre sur une toile ?

voir-ou-revoir 22/09/2013 14:55



Merci Margareth de ton commentaire et de ta fidélité. Il faut peut-être avoir vu  les grandes oeuvres d'Alechinsky pour apprécier son illustration. Par contre je te conseille le livre
de Balzac qui se lit vite et qui est un vrai régal. En ce qui concerne ta question, tu peux maroufler un papier sur lequel tu as peint ou dessiné avec de la colle vinylique (celle à papier peint
par exemple). En ce qui me concerne j'utilisais de la colle de peau à chaud. Amicalement



rufus 18/09/2013 11:18

Merci mille fois Michèle, pour cette visite.
Plus personnel : vous me rajeunissez de 15 ans, au souvenir d'une exposition "Alechinsky" au musée du Jeu de Paume qui m'avait beaucoup plu, je comprends mieux pourquoi une amie très chère vient de
m'offrir le Traité des Excitants Modernes illustré par ...

Lucien 18/09/2013 10:13

Alechinsky ... je suis fan ! et cette phrase que tu cites :
"imager n'est pas concurrencer"
résonne pour moi, entre en résonnance.
Amitiés.

emma 18/09/2013 10:11

un passionnant éclairage sur un Balzac peu connu, tu sais nous surprendre avec tes belles découvertes, et nous apprendre beaucoup de choses - je suis perplexe sur la nécessité d'illustrer un tel
ouvrage et perplexe aussi sur les illustrations elles mêmes