Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.

Publié le par voir-ou-revoir
Publié dans : #Peintres


Avril 2013 Palais du Luxembourg. "CHAGALL, entre guerre et Paix" inflige au visiteur une longue file d'attente. Fréquenter les expositions médiatisées devient de plus en plus impossible à ceux qui, comme moi, refuse d'attendre une heure ou plus avant de s'entasser devant des toiles à entre-apercevoir. De retour chez moi, passablement hargneuse, vite plongée dans mes livres d'art, je rêve d'être commissaire d'une exposition sans file d'attente, où les visiteurs ont le temps d'admirer tranquillement les oeuvres, où les casques audio et les visites de groupes sont interdites. Alors au"Musée imaginaire voir ou revoir" je conçois l'exposition :
                                     Marc Chagall graveur et illustrateur 

--------------------------------------

Au cours de sa longue vie (1887-1985) Marc Chagall, de son vrai nom Moïsche Zakharovitch Chagalov, pour s'exprimer dans un style très personnel, donc reconnaissable, a utilisé la peinture, la sculpture, le dessin, le vitrail, la mosaïque, la céramique, la poésie. Son oeuvre de graveur et d'illustrateur, moins connue, est considérable.
"Mon art vient des livres que j'ai vus sur les pupitres et dans les armoires des synagogues, et que j'ai touchés de mes mains päles"

A l'occasion de sa première exposition personnelle à Berlin en 1922, le Directeur de la Galerie Cassirer propose à Chagall d'éditer son manuscrit "Ma vie" qu'il illustrera de ses propres gravures. Pour cette approche Chagall utilise la technique la plus simple, la pointe sèche. C'est là que commence son travail de graveur. Le livre ne paraîtra jamais.

C'est une autre commande de gravures qui le ramène à Paris. Par l'intermédiaire de Blaise Cendrars, Ambroise Vollard (marchand d'art, galeriste et éditeur) lui propose d'illustrer "Les âmes mortes" de Gogol. A partir de septembre 1933 et en deux années, Chagall crée 107 planches en eau-forte. (Les âmes mortes paraîtront aux Editions Teriade en 1948)

les-ames-mortes1

les-ames-mortes2

les-ames-mortes2

Chagall développe le projet d'illustrer "Les fables de la Fontaine". Vollard est d'accord. En 1925-27, il réalise plus de 100 gouaches s'inspirant plus des fables que les illustrant. Elles sont destinées à être transposées en gravures couleurs par des graveurs expérimentés. Le projet échoue et Chagall les entreprend lui-même en gravure noir et blanc en 1929. (Le livre ne sera édité qu'en 1952 par Teriade. Chagall, qui regrettait l'absence de couleur dans cet ouvrage, accepte de reprendre à la gouache les 100 gravures des 85 exemplaires de tête)
Le loup et l'agneau
fable--le-loup-et-l-agneau.jpg
Le renard et la cigogne
fable--le-renard-et-la-cigogne.jpg
Le cheval et l'âne
fables-le-cheval-et-l-ane.jpg

En 1931, nouvelle demande de Vollard : illustrer la Bible. Chagall part pour deux mois en Palestine. Il s'imprègne de la beauté de la Terre Sainte et se met au travail. Au début de la guerre (en 1939 année de la mort de Vollard) il a exécuté 66 planches. Le travail de préparation des gravures reste toujours le même, Chagall fait d'abord des ébauches à la gouache en couleur, il cherche ensuite à retrouver le chatoiement des couleurs dans une phase en noir et blanc. De 1952 à 1956 une nouvelle série complète l'existant, en 1957 le livre est enfin publié aux Editions Teriade (105 planches). A nouveau Chagall reprend à la gouache les gravures de 100 des exemplaires.
Abel et Caën
bible-abel-et-caen.jpg
Abraham en deuil de Sarah
bible---abraham-en-deuil-de-sarah.jpg
Elie sur le mont Carmel
bible-elie-sur-le-mont-carmel.jpg

Lorsque Vollard décède de mort accidentelle en 1939, aucun des ouvrages commandés n'a été publié, Vollard a stocké les gravures de Chagall (on peut se poser des questions ?) Chagall interrompt son travail de graveur dans l'attente de la succession, ceci explique la remise en route de la Bible en 1952 (à noter que la difficile succession de Vollard ne se terminera qu'en 2010 avec la vente du contenu du "coffre Vollard")
Chagall a connu Teriade (Efstrathios Eleftheriades dit Teriade - écrivain, critique d'art et éditeur) avant guerre en 1926, les bonnes relations qu'ils nouent ont décidé Chagall à lui confier le travail inachevé par Vollard.
A la fin de la Seconde Guerre mondiale, alors qu'il est encore réfugié aux Etats-Unis, à l'occasion de la publication de "Four Tales for Arabian Nights" Chagall découvre la lithographie. Elle deviendra son mode d'expression privilégié pour l'illustration. C'est dans l'atelier de Fernand Mourlot, où Charles Sorlier devient son compagnon de travail, qu'il acquiert une totale maîtrise de la technique.
chagall---les-mille-et-une-nuit.-puis-la-vieille-femme-mont.jpg

En 1950 Teriade demande à Chagall de collaborer à sa revue "Verve". Dans le n° 24 paraissent 26 reproductions lithographiques de lavis en noir et blanc illustrant "Le Decameron" de Boccace. Suivent dans les n° 33 et 34, 105 planches de la Bible reproduites en héliogravures.
Le Decameron -
le-decameron.jpg
Litho pour Verve 33 et 34
lytho-pour-verve-33-34.jpg

1952. Nouvelle commande de Teriade : l'illustration de "Daphnis et Chloé" de Longus, auteur du IIe siècle natif de Lesbos comme Teriade. Cela donne l'impulsion à Chagall pour un premier voyage en Grèce, il vient de se remarier avec Valentina Brodsky.

daphnis-et-chloe-4.jpg 

daphnis-et-chloe2.jpg

daphnis-et-chloe3.jpg

L'album "Cirque" paru en 1967, sera le fruit de la dernière collaboration entre le peintre et l'éditeur. L'album comporte 23 lithographies en couleur, 15 lithographies en noir et blanc, les textes sont de Chagall lui-même.

le-cirque-1.jpg

le-cirque-2.jpg

le-cirque4.jpg
En même temps qu'il travaille pour Tériade, Chagall collabore aux Editions d'Aimé Maeght. Celui-ci est son marchand depuis son retour à Paris en 1948. Maeght devient son éditeur et publie le livre de Jacques Lassaigne "Chagall" avec 15 lithographies du peintre ; puis un long poème d'Aragon, "Celui qui dit les choses sans rien dire", que Chagall illustre avec 24 eaux fortes et aquatintes surréalistes en couleur.
Celui qui dit ...
celui-qui-dit-des-choses.jpg

celui-qui-dit-des-choses2.jpg

Les succès de ses livres attirent à Chagall de nombreux éditeurs dont André Sauret qui publie "Vitraux pour Jerusalem" avec sept lithographies en 1963, "Tempête" de Shakespeare en 1957 (50 lithographies en noir).
les-vitraux-jerusalem.jpg

Parallèlement, Chagall travaille aussi avec l'éditeur Léon Amiel, à Paris et New-York, pour "The story of Exodus" (24 lithographies) et "l'Odyssée" (43 lithographies en couleur)

l-odyssee.jpg


Le dernier éditeur amené à travailler avec Chagall est installé à Genève, il dirige, lui aussi une galerie reconnue : c'est Gerald Cramer. Il propose à Chagall d'éditer ses "Poèmes", écrits entre 1930 et 1964 et de les illustrer avec 24 gravures, cette fois dans une nouvelle technique : la gravure sur bois.

poemes-gravure-sur-bois.jpg

La production de Chagall graveur est impressionnante. C'est Sauret qui publie les six tomes de "Chagall lithographe" entre 1960 et 1986, il répertorie 1101 lithographies de l'artiste sur une période de plus de 60 ans (1922-1985).

Chagall a expérimenté de nombreuses techniques, la pointe sèche, l'eau-forte au trait, l'eau-forte à l'aquatinte, la lithographie, la gravure sur bois.

Libre, éloigné du réel, décrivant un monde de rêve où les humains sont capable de voler, Chagall est bien dans ses illustrations le peintre poète comme l'appelait ses amis de la Ruche.

Commenter cet article

Titi 25/04/2013 15:55

Je trouve son univers fantastique et les couleurs n'en parlons pas ! Bonne soirée BISOUS

emma 12/04/2013 22:46

merci pour la visite, comme toujours richement documentée et illustrée, tout à fait passionnant

NISE 11/04/2013 17:10

Chacun de tes articles me comble de plaisir, mais comment fais-tu pour mener de front et avec tant de rigueur tout ce que tus entreprends,t'as un truc! Gros bisous Nise

margareth 11/04/2013 14:38

Heureusement que grâce à toi nous avons une galerie à domicile ! Je ne connaissais pas du tout l'oeuvre gravé de Chagall. En revanche j'ai déjà vu ses illustrations des fables de La Fontaine et je
savais qu'elles n'avaient pas été retenues pour publication.

babeth 10/04/2013 19:33

bonjour,
j'ai eu le plaisir de le decouvrir à saint paul de vence petite merveille et de retrouver certaines de ces oeuvres à la cathedrale de METZ..
du bonheur
bises babeth

Lucien 10/04/2013 11:16

Il y a bien des aspects méconnus (au moins de moi !) de l'oeuvre de Chagall. L'exposition à la Piscine à Roubaix, lan dernier, m'avait fait découvrir sa sculpture et les costumes de scène. J'ai
aussi toujours plaisir à le retrouver au musée Matisse au Cateau Cambrésis. (tu sais qu'il y a là une donation Tériade...). Amitiés.

rufus 10/04/2013 09:02

Un aveu, chère graveur : mon imperméabilité à la magie de Chagall peintre . Un merci à vous : vous m'avez donné une grande envie de connaître un Chagall graveur très attirant.

Titi 09/04/2013 19:52

Très intéressant, j'aime beaucoup l'univers de Chagall et ses couleurs merci. Bonne soirée . Bisous

Dandylan 09/04/2013 19:33

La seule solution valable, c'est la carte Sésame+ ! Certes, ça fait cher à l'achat mais ça permet d'éviter les files interminables.
Perso, j'ai aussi rebroussé chemin mais au Musée Jacquemart-André.

voir-ou-revoir 10/04/2013 08:59



Merci Dandylan, mais j'ai la carte de la Maison des Artistes qui me permet de rentrer gratuitement ou à réduction dans beaucoup d'expos alors je ne veux pas doubler avec la carte Sésame.. tant
pis mais je ne ferai plus la queue !! amitiés