Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.

Publié le par voir-ou-revoir
Publié dans : #Expositions à Paris

Méconnu , Giovanni Battista Cima de Conegliano fut un peintre renommé en son temps. Ses oeuvres étaient appréciées et recherchées par les amateurs d'art.
Cima est né à Conegliano dans l'arrière-pays vénitien en 1459-1460 . Après s'être installé à Venise près du Rialto en 1487-89 Cima  retournera régulièrement à Conegliano et y possédera même 15 hectares de terres.
Place privilégiée du paysage dans les tableaux de Cima.
La présence de paysage de campagne était une tradition dans l'art vénitien. Giovanni Bellini était pionnier en ce domaine. C'était pour beaucoup de peintres des paysages imaginaires caractérisant la région ou   puisés dans l'œuvre gravée de Dürer. Cima invente un paysage archétypique en faisant  apparaître Conegliano de façon permanente dans ses arrière-plans. Il déforme toutefois la réalité et ses représentations sont l'illusion d'un panorama connu. Ses paysages sont paisibles alors que la campagne vénitienne est alors ravagée par les batailles et modifiée par l'intensification de l'exploitation agricole.
L'essor de la peinture à l'huile à la Renaissance.
On attribue au Frères Van Eyck l'invention de la peinture à l'huile. En réalité les peintres du Moyen Age utilisait déjà l'huile pour recouvrir d'une dernière couche huileuse  de protection leur peinture à la tempera (technique consistant à employer des couleurs diluées dans l'eau, auxquelles est adjoint un liant comme la colle de peau ou l'oeuf). Au fil des générations, cette couche d'huile s'est progressivement chargée en pigment donnant ce que l'on peut qualifier de premiers glacis.
 
Les frères Van Eyck ont surtout contribué à l'introduction d'huiles activant la dessiccation des couleurs, notamment l'huile de lin. Ils ont pu ainsi superposer des couches de couleurs transparentes, les glacis apportant aux couleurs plus de finesse pour donner aux étoffes et aux détails un haut degré de réalité.
La tradition veut qu'Antonello da Messina après un voyage dans les Flandres rapporte la technique de l'huile à Venise en 1475. C'est un bouleversement, Giovanni Bellini est le premier à préférer l'huile à la tempera. Parallèlement la toile fait son apparition, elle est plus facile à transporter et résistante au climat humide de Venise.
Cima da Conegliano donnera sa préférence au bois, mais utilisera de façon magistrale la technique de l'huile et des  glacis.Ses glacis sont d'une grande richesse chromatique. Cima applique  sur les plis les  plus profonds des drapés orange-jaune des glacis orange-marron, c'est une nouveauté. Pour les ciels lumineux Cima pose à la base une couche d'azurite, très prisée par les Flamands, puis ajoute du lapis-lazuli qu'il éclaircit au blanc de plomb.
Le thème de la vierge à l'enfant
Cima est avant tout un peintre religieux, il a produit de nombreuses Vierges à l'Enfant. Son atelier permet de satisfaire les commandes croissantes en matière de dévotion. Il plait à tous avec un langage simple et intelligible.
On ressent une réelle émotion devant ses Vierges.

Cima-da-Conegliano---Annunciazione--1-.jpg

 

cima_da_conegliano.jpg
cima-da-conegliano-virgin-and-child.jpg

la-vierge-a-l-enfant---conegliano.jpg

cima-da-conegliano-virgin-child-NG634-fm.jpg
cima1.jpgA l’apogée de sa carrière, Cima influence la peinture de Giorgione et va être le maitre de la génération de Lorenzo Lotto, Titien et Sebastiano del Piombo. Cima meurt probablement à Conegliano en 1517

Détail - Vierge à l'enfant entre Saint Michel l'Archange et Saint André l'apôtre.
75756905.jpg

Conegliano de nos jours.
conegliano 1

A LIRE - CIMA DA CONEGLIANO Maître de la Renaissance Vénitienne - L'OBJET D'ART HORS SERIE N° 61

Commenter cet article

margareth 16/06/2012 21:48

Grâce à toi je découvre un peintre que je ne connaissais pas.

Rufus 14/06/2012 19:56

Vous nous aviez laissés tomber, nous attendions avec impatience une de vos nouvelles découvertes . Merci Michèle ; vos explications sont remarquables comme toujours . J'ai vu comme vous
l'exposition du musée Luxembourg : je partage vos sentiments ( gare au courroux de l'amie qui m'accompagnait ) . Vos photos sont merveilleuses .

voir-ou-revoir 14/06/2012 22:35



Cher Rufus, merci de votre fidélité qui me touche beaucoup. Une petite précision : ces photos ne sont pas de moi elle sont prises ça et là sur le web. A vous lire au prochain article. Très
sincèrement