Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.

Publié le par voir-ou-revoir
Publié dans : #Expositions à Paris

Au Louvre, l'exposition "De l'Allemagne 1800-1939 - De Friedrich à Beckmann" nous offre à voir ou revoir un choix fort riche d'oeuvres variées s'échelonnant sur une période de plus de 100 ans. Elle souhaite aussi nous voir approfondir notre vision, par rappel de l'évolution de la pensée allemande, d'éléments de son histoire, sa littérature, sa politique.
Il m'est très difficile de résumer en quelques lignes un sujet aussi vaste : je me contenterai donc de noter ici quelques repères et éléments essentiels.

Le titre "De l'Allemagne" est emprunté à Mme de Staël. Après un voyage en Allemagne, Anne-Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein (1768-1817) écrit un manifeste romantique pour casser les préjugés des français à l'égard de leurs voisins allemands. Le livre est interdit et mis au pilon en 1810 par Savary, Ministre de la police, Napoléon n'appréciant pas la critique que Mme de Staël fait de l'esprit de conquête. (le livre sera publié à Londres en 1813 et à Paris en 1814).

Deux personnalités influencent la production artistique du XIXe en Allemagne, Winckelmann et Goethe.
Johann Winckelmann (Stendal 1717 - assassiné à Trieste 1768) historien de l'art, défenseur inconditionnel de l'art grec dans lequel il voit les caractéristiques absolues du beau ; il est l'adversaire du baroque et du rococo. Depuis ses écrits dans la seconde moitié du XVIIIe, l'Allemagne se rêve grecque.
Johann Goethe (Francfort 1749-Weimar 1832), poète, romancier, dramaturge, historien de l'art, homme d'état (il prend la direction des finances en 1782). Il est passionné également de science, de botannique et de géologie. Ses poèmes sont adaptés par Schumann, Mendelssohn, Liszt, Brahms, Wagner (Lied - poème chanté à une voie). Son voyage en Italie, notamment à Rome, en 1786 est considéré comme la naissance du classicisme allemand.
Johann Heinrich Wilhelm Tischbein dans un tableau de 1787 représente Goethe dans un environnement faisant allusion à l'antiquité qui va régénérer l'art de son pays.

Dans la première moitié du XIXe siècle les peintres allemands vont prendre exemple sur Raphaël, le Perugin, les gravures de Dürer et Martin Schongauer, mais aussi Fra Angelico : entre autres Gottlieb Schick, Franz Pforr, Carl Gustav Carus, et le plus connu Caspar David Friedrich.
(La gloire de David Friedrich, mort en 1840, ne durera qu'une dizaine d'années. Il réapparaitra à la fin du XIXe siècle et dans l'entre-deux-guerres durant des études pour retracer une histoire de l'art allemand)
En 1908 un groupe d'artistes se déplace à Rome où, convertis au catholicisme, ils vivent en communauté. Ils sont appelés les "nazaréens". Rome est à nouveau le foyer de la régénération de l'art allemand. C'est le "rêve médiéval", les artistes cherchent à retrouver une certaine pureté.

L'exposition présente les oeuvres par "sections" :
- Apollon et Dionysos (beauté sereine, volupté de l'ivresse)
- L'hypothèse de la nature (paysages des contes populaires des frères Grimm et des poètes romantiques -montagne - ciel étoilé éclairé par la lune, château)
La première guerre mondiale va modifier le regard des peintres. La beauté sereine n'a plus sa place. L'homme devient la préoccupation des peintres.
C'est la section Ecce Homo de l'exposition, à la fois en référence à l'ouvrage de Nietzsche et aux nombreuses représentations de la passion du Christ.
On peut voir des oeuvres de Karl Hofer, Lovis Corinth, Max Beckmann et Otto Dix.
Max Beckmann (1884-1950) est d'abord marqué par les impressionnistes. Son tempérament profondément expressionniste apparaitra vite avec le bouleversement provoqué par la guerre. Les nazis traiteront dès 1932 son réalisme d'art dégénéré. Il devra se réfugier en Hollande puis aux Etats Unis.
Il en sera de même pour Otto Dix (1891-1969), marqué au départ par le romantisme tardif, qui deviendra le représentant d'une nouvelle tendance "la nouvelle objectivité". Lui aussi sera pourchassé, incarcéré, avant de trouver refuge en Suisse.

Johann Tischbein - 1787 - Goethe dans la campagne romaine 
huile sur toile - 164;206cm - Francfort, Städel Museum
image

APOLON ET DIONYSOS
Gottlieb Schick - Apollon parmi les bergers - 1806-1808
huile sur toile - 178;232cm - Stuttgart - Staatsgalerie
schick.jpg


Franz Pforr - Saint Georges et le dragon - 1809-1810
Huile sur bois - 27,9;21,2cm - Francfort, Städel Museum

455px-Franz Pforr - St George and the Dragon - WGA17399

Julius Schnorr von Carolsfeld - Vierge à l'enfant - 1820
Huile sur toile 74;62cm - Cologne - Wallraf-Richartz-Museum
maria-mit-dem-kind 1820 julius-schnorr-von-carolsfeld

Arnold Böcklin - Le jeu des néréides - 1886
Huile sur toile - 150;176cm - Bâle - Kunstmuseum
blog55


L'HYPOTHESE DE LA NATURE
Caspar Friedrich - Femme dans le soleil du matin - 1818
huile sur toile 22;30cm - Essen, Museum Folkwang
18-Friedrich Femme 20dans 20le 20soleil 20du 20matin large

Caspar Friedrich - Le Watzmann - 1824-1825
huile sur toile - 135;170cm - Berlin - Staatliche Museen
caspar-friedrich.jpg

Caspar Friedrich - l'arbre aux corbeaux - 1822
huile sur toile 59;73cm - Louvre Paris
0f346f9c309781117add4e1a9403eda8b6e16de0

Caspar Friedrich - Le bateau - huile sur toile
Friedrich Bateau

Carl Gustav Carus - Haute montagne - vers 1824
huile sur toile - 136;171 - Essen Museum Folkwang
90233-de-l-allemagne-1800-1939-de-friedrich-a-beckmann

Philipp Otto Runge - Le repos pendant la fuite en Egypte - 1805-1806

huile sur toile 98;132cm - Hambourg, Hamburger Kunsthalle
800px-Philipp Otto Runge 004


ECCE HOMO
Otto Dix - La guerre - Encre aquatinte pointe séche
New-York MOMA
Otto-Dix-AssautSousLesGaz-1924

danse de la mort otto dix

Karl Hofer - Le crieur - 1935
huile sur toile - 113;88cm Wuppertal , Museum Von der Heydt
Sans-titre-1

Lovis Corinth - Ecce homo - 1925
huile sur toile 190;150cm -Bäle, Kunstmuseum
Tableau testament peint quelques mois avant sa mort. Lovis Corinth reduit la scène à trois personnages, mélant les époques (le soldat en armure  médiévale, Pilate en blouse de médecin représente la souffrance) Corinth voyait dans la figure du Christ une métaphore de l'artiste, son oeuvre était un appel à l'humanité. Ce tableau figurera en bonne place à l'exposition "d'art dégénéré" de 1937 pour démontrer les errances de l'art moderne.
Corinth Ecce homo

Max Beckmann - L'enfer des oiseaux - 1938
Huile sur toile 120;160cm - New-York collection particulière.
Beckmann accumule les symboles, l'homme est écorché par des oiseaux à corps de femmes. Les hommes sont devenus des animaux.
QrITP4TlzxEYCtIQTDw3WdURSbw

Mon coup de coeur -
Caspar Friedrich - Brume dans les montagnes - 1808
huile sur toile 71;104cm - Rudolstadt - Museum Schloss
800px-Caspar_David_Friedrich_033.jpg


NOTA - Johann Goeth était aussi dessinateur, il en parlait en disant "mon petit talent", cela ne figure pas dans l'exposition mais il me paraissait intéressant de le noter - dessin de 1807
Johann Wolfgang Goethe, .1807

EXPOSITION JUSQU'AU 24 JUIN - HALL NAPOLEON - MUSEE DU LOUVRE

Commenter cet article

Eddie 29/06/2013 08:57

Bonjour, nouveau concept d'exposition sur le web www.icidexpos.com bonne visite amicalement Eddie.

Titi 06/04/2013 13:23

Passe un bon week-end. Bisous

emma 04/04/2013 11:23

passionnant article richement documenté et illustré qui nous permet de loin d'avoir un aperçu de l'expo. Le crieur de Hofer m'impressionne, j'aimerais mieux le titre " l'homme qui crie" qui me
semble plus en accord avec ce qu'il exprime de tragique

NISE 01/04/2013 20:40

Ma pause culturelle... Un vrai moment de bonheur, mon coup de coeur est très souvent le même que le tien. Bisou ma petite soeur à bientôt. Nise

Titi 01/04/2013 19:51

J'aime beaucoup "hypothèse de la nature" et "l'arbre aux corbeaux" de Friedrich et dans un autre genre "la vierge et l'enfant " Merci Bisous

rufus 01/04/2013 18:43

Je viens de voir comme vous cette exposition . A revoir, grace à vous, les oeuvres que j'ai beaucoup aimées, je me demande si le fil assez lache de l'expo. me donne pas le regret de voir présenter
l'un après l'autre, dans des expositions particulières, quatre ou cinq de ces grands artistes Pardonnez-moi la longueur de ce commentaire . Merci chère Michèle . j'aime comme toujours votre
présentation