Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.

Publié le par voir-ou-revoir
Publié dans : #Expositions à Paris

Enki Bilal est né en 1951. Grand auteur de BD, scénario et dessins.
Il expose dans la salle des "Sept cheminées" au Louvre vingt trois fantômes. Parmi les nombreuses photos d'oeuvres qu'il a pu prendre au Louvre le mardi (quelle chance d'être au Louvre le jour de fermeture!) il en a sélectionné 23. 
Les photos ont été tirées sur toile au format 50x60cm sur lesquelles Enki Bilal a peint à l'acrylique et au pastel des portraits de femmes, d'hommes ou d'enfants morts souvent violemment et qu'il appelle "fantômes". 
L'intérêt de cette série tient au texte qui est joint à chaque portrait. Passionnante histoire, biographie très précise (date, poids de naissance, caractère etc...)du personnage représenté, écrite avec humour  où se mêle l'imaginaire et la réalité de la vie du peintre ou de l'oeuvre qui sert de support. 

Le Louvre avait donné carte blanche à Enki Bilal avec toutefois l'exigence d'une oeuvre sur la Joconde et une sur la Victoire de Samothrace... on se demande pourquoi ?
Je ne donnerai pas dans cette article la totalité des écrits qui sont assez longs, mais pour que le visiteur ait une idée du ton et de la qualité de l'écriture je mets l'intégralité du texte le plus court d'Enki Bilal, pour les autres  j'ai fait un bref résumé (il est dommage de réduire les superbes textes d'Enki Bilal mais les images sans explication perdent aussi leur sens ...j'avais un dilemme..)

Courrez voir ce passionnant travail !! L'exposition se termine le 18 Mars.                                     MP
                                                                                          °°°°°°°°°°°°°°°°
Photos de l'article MP

TABLEAU DE FOND - La Contesse del Carpio, Marquise de Solana - vers 1793 - Goya
FANTOMES - Les jumeaux Regodesebes
"- Les jumeaux Regodesebes naissent dans la pauvreté à Neves, en Galice, en 1787, un mardi à 8h12 pour Juan et 8h15 pour José.
- Poids à la naissance 2,545g et 2,543g - taille 45,6 et 45,3 cm
- En bons jumeaux, ils partagent tout : jaunisse du nouveau né, varicelle, oreillons, rougeole, scarlatine, coqueluche, mais aussi angine carabinée, mucoviscidose, cardiopathie congénitale, scoliose du nourrisson (plus prononcée chez Juan) syndrome de Kawasaki avec ganglions cervicaux, maladie de Still, maladie de Reckinghausen (neurofibromatose), phobie, kleptomanie, Alzeimer naissante et enfin diverses allergies (acariens, gluten, pollen et surtout parents).
- Heureusement dès l'age de cinq ans ils se retrouvent livrés à eux-mêmes (père tué au cours de la guerre franco-espagnole dans les pyrénées et mère alcoolique).
- Aussitôt il se donnent pour but d'atteindre Madrid.
- Le voyage prend plus de deux ans (leur art de la kleptomanie leur sera plus d'une fois d'un grand secours)
- Ils arrivent sur place le 28 septembre 1795 à 18h56.
- Madrid quelle effervescence ! ils se tiennent par la main, s'engagent pour traverser leur première grande rue madrilène et, soudain, ils sont fauchés, comme ça, par une diligence pressée qui convoyait Maria Rita Barrenechea, comtesse del Carpio, marquise de Solana vers le théatre Royal (elle sortait avec retard de la dernière séance de pose pour le peintre renommé de l'époque, Francisco de Goya y Lucientes).
- Au moment où leurs âmes quittent leurs corps (18h47)juan pèse 16,987kg pour 97cm et José 16,134kg pour 95cm.
- Quant à la marquise, malade d'un cancer, elle mourra deux mois plus tard, à l'âge de 28 ans(1)(1m57 pour 49kg). On dit que le remords y fut aussi pour quelque chose."
(1) - Enki Bilal note 28 ans dans d'autres sources il est dit 38 ans
les-jumeaux.JPG

TABLEAU DE FOND - Saint Louis, roi de France et un page -1588 - Le Greco -  
FANTOME - Analia Avellaneda
Analia Avellaneda est une jeune femme de Tolède, elle rencontre à 19 ans un artiste qui l'introduit dans l'entourage du Greco. Elle  met au point pour lui un vert à partir du resinate de cuivre qu'il
 utilise pour la "Spoliation du Christ" de la cathédrale de Tolède. Jeromina Cuevas, femme du Greco, jalouse, soupçonnant une liaison, exige le départ d'Analia. Analia travaille pour d'autres ateliers et en 1588 elle met accidentellement au point un vert dont la lumière n'a pas d'équivalent. Elle demande à revoir le Greco, il est en train d'achever le portrait de St Louis. Le pigment magique semble le satisfaire. Il en commande davantage. Trois jours plus tard en manipulant le resinate de cuivre avec des produits "pas toujours catholiques" Analia perd connaissance. L'atelier où se trouve des réserves de térebenthine s'embrase. Certains disent suicide... d'autres jalousie de Jeromina ?

analia.JPG

TABLEAU DE FOND - Les ombres de Franscesca Da Rimini et de Paolo Malatesta apparaissent à Dante et Virgile - détail - 1855 - Ary Scheffer
FANTOME - Franscesca Da Rimini
Bella de Montefalco se retrouve seule avec sa mère, son père a été assassiné. Dans le besoin elles trouvent un protecteur Guido da Polenta qui épouse sa mère.  Une petite fille nait : Franscesca, aussi belle que Bella est laide. A 16 ans Franscesca fait tourner la tête de tous les garçons dont celles des deux frères Malatesta. L'un très beau, Paolo, l'autre difforme, boiteux mais riche, Gianciotto. Le 13 Juin 1275 Francesca épouse Gianciotto et Bella tombe amoureuse de Paolo. Elle le retrouve en 1285 lors d'une fête de famille... elle s'évanouit. La nuit, malheureuse, elle longe un corridor et aperçoit Franscesca et Paolo serrés l'un contre l'autre. Desespérée elle se retrouve au niveau de la cuisine avec Gianciotto qui a une fringale nocturne. Elle tend le doigt vers le couloir puis s'enfuit. Gianciotto armé d'un couteau se rue sur son frère et sa femme enlacés dans un premier et dernier baiser. Bella ne lira pas cent quatre vingt sept ans plus tard la Divine comédie de Dante, elle ne verra pas non plus le tableau de Scheffer.
Franscesca

Tableau de Scheffer1835_Ary_Scheffer_-_The_Ghosts_of_Paolo_and_Francesca_Appea.jpg

TABLEAU DE FOND - Le retour de Marcus Sextus - détail - 1799 - Pierre Narcisse Guerin
FANTOME - Arjuna Asegaff
Arjuna nait dans les cales du navire Centaure au large des Indes. Sa mère meurt en la mettant au monde. A deux mois et demi on la débarque à Bordeaux et elle entre au couvent des Annonciades où l'on fabrique les gâteaux caramélisés au goût de rhum appelés "cannelés". La révolution de 1789 chasse les soeurs du couvent réquisitionné. Arjuna est emmené à Paris et travaille chez des boulangers qu'elle initie aux cannelés. Elle est jolie, ses traits asiatiques attirent les regards, elle devient modèle et est admise à l'Académie royale de peinture où son corps inspire le jeune Guérin (il a 24 ans). Guérin a en projet une oeuvre de grande dimension et Arjuna prend la place du modèle présenti pour figurer la femme expirée. La répudiée du tableau et celle qui joue l'éplorée au pied de Marcus digérent mal son intrusion. Le jour des premières séances de pose Arjuna ne vient pas. Elle a été empoisonnée.
arjuna.JPG85976.jpg

TABLEAU DE FOND - Autoportrait de Dürer - 1493 - Albrecht DURER
FANTOME -Melencolia Hrasny (référence à la gravure de Dürer 1514)
Dürer à 6 ans, lors d'un goûter chez son parrain il se prend les pieds dans un tapis et tombe dans les bras de la petite Melencolia. Sept ans plus tard ils sont les seuls rescapés d'une barque qui chavire. Ils ne se quittent plus. Ils dessinent ensemble. A 14 ans Melencolia révèle des capacités hors normes pour les mathématiques. 1489 ils posent l'un pour l'autre. Albrecht  est définitivement amoureux et se met à l'algèbre. Départ exigé pour le compagnonnage, mariage prévu avec Agnès Frey, dispute avec Melencolia et rupture. Melencolia ne s'en remettra pas et entre dans les ordres en 1505 sur un coup de tête. En 1493 Dürer fait un de ses premiers autoportraits mais s'inspire du croquis que Melencolia a fait quelques années plus tôt. En hiver 1514 Melencolia décide de mourir, la même année le même hiver Dürer réalise une gravure, l'ange assis a les traits de Melencolia. 
melencolia.JPG

475px-Melencolia_I_-Durero-.jpg

L'OEUVRE EN FOND - Code de Hammurabi, roi de Babylone - Basalte - 1750 av. JC
FANTOME - Enheduana Arwi-A
Fille d'esclave, orpheline des dix ans, Enheduana est recueillie par un vieux scribe qui la fait passer pour sa fille. Ses capacités à apprendre, écrire et graver des tablettes sont remarquables. A 18 ans elle épouse Aham-nishi, médecin du roi Hammurabi. Elle participe (cas inédit pour une femme) à la gravure (et dit-on à la rédaction) du code de Hammurabi sur la stèle du même nom en 1749 av. JC. Cinq ans plus tard son passé d'esclave ressurgit, elle est chassée par son mari et quitte Sippar. Lors du tremblement de terre de Rapiqum son corps est découvert dans un temple écrasé sous les pierres.
Enheduana.JPG

EN FOND - Photo de la Grande Galerie du Louvre
FANTOME - Colonel Markus Dudke
Markus nait en Autriche. Capacités pour le dessin et le chant. A seize ans il visite le Louvre. Rentré à Munich il rencontre un artiste dont les paysages le subjuguent : Adolphe Hitler. Dudke tout comme Hitler est recalé aux Beaux-arts et est orienté dans l'armée. En 1921 il épouse Marta dont il a 2 filles (une meurt d'une méningite foudroyante). Anticommuniste et antisémite Dudke se rapproche du parti nazi, participe à la Nuit de Cristal (1938). Il est blessé à la jambe au front de l'est. 1945 : il pleure la mort d'Hitler. Sa femme et sa fille disparues sont probablement mortes lors d'un bombardement. Le 31 décembre 1947 il se laisse enfermer la nuit dans la Grande Galerie et se tire une balle dans la tête.  

colonel-markus-Dudke.JPG

TABLEAU DE FOND - LE BOEUF ECORCHE DE REMBRANDT - 1655
FANTOME - Willem Tümpeldt
Né à Amsterdam en 1610, fils d'un veuf coutelier, Willem mène une vie paisible. A huit ans il dérobe un couteau dans la boutique. Adolescent il apprend l'art de la coutellerie et effectue des livraisons de viande avec son camarade Johan fils d'un boucher. Sa collection de couteaux grandit. Pris en flagrant délit de vol il est blessé par son père et s'enfuit. On le retrouve soldat dans l'armée suédoise puis au côté des français. Il prend gout au sang. En 1648 à la bataille de Lens il est blessé à la tête. 1654 retour à Amsterdam. Il traîne dans les milieux de la boucherie et de l'équarrissage. Violent rapport avec Johan. En 1655 il rencontre Rembrandt à la recherche d'une carcasse de bovin. Il en ouvre une pour lui suspendue dans une grange. Tümpeldt est fasciné. Le tableau fait scandale. Tümpeldt fait revenir Rembrandt dans la grange : une carcasse d'homme est suspendue (Johan ?). Fin 1655 le corps de Willem Tümpeldt est découvert dans une arrière cour de boucherie coupé en morceaux.
willem-Tumpeldt.JPG

Pour finir, mon préféré :
LE FOND - Casque de type Corinthien - VIe avant JC. Bronze
FANTOME - Hecube
Hecube, fille supposée de Silas nait dans le tout dernier soupir de sa mère. Deux nourrices s'occupent d'elle. Turbulente et bagareuse Hecube pratique l'athletisme. A huit ans (683 av.JC) elle est embrassée sur la bouche par un garçon, elle n'aime pas ça. A dix ans elle tombe amoureuse d'Aphrodite. Au cours de ces années Pheidon, tyran qui règne sur Argos prépare de nombreux jeunes guerriers. En 674 av. JC, Hecube, qui se fait appeler Xanthos, enfile  un casque Corinthien. Au cours d'une expédition Hecube-Xanthos est violée. Elle s'échappe et après errance réaparaît à la bataille d'Hysiai, en 669 av. JC, sous le nom de Diomidis. C'est son dernier combat. Gravement blessée au cou elle est embarquée sur un navire sanitaire qui finit par couler au large des côtes du Péloponèse. On dit qu'au moment où le bateau sombrait, un jeune soldat, visage caché par un casque de type corinthien se mit nu à l'avant de la proue dévoilant le corps androgyne d'une jeune fille.

Hecube.JPG

Présentation du Casque corinthien
hecube2

Un livre comportant la totalité des oeuvres et des textes a été publié chez Futuropolis- en vente à la Fnac et sur Amazon - 25 €..


Commenter cet article

EasyDoor 04/03/2013 12:29

Je suis fan de Enki Bilal. Merci de m'avoir fait découvrir une facette de son travail que je ne connaissais pas.

NIJA 12/02/2013 12:51

Votre blog est une petite merveille chère Michèle soyez assuré de notre fidélité. Nous vous embrassons. NIJA

rufus 28/01/2013 18:15

Je n'aurai pas osé vous demander de stocker pour moi le contenu d'une exposition que j'ai beaucoup aimé ( je l'ai vue finalement trois fois ) . Je sais maintenant qu'en cliquant sur "voir ou
revoir" je m'en restituerai, avec images bien réelles, le souvenir . Très sincèrement mille merci à vous .