Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.

Publié le par voir-ou-revoir
Publié dans : #Expositions à Paris

Après ma visite de l'exposition d'Orsay "Gustave Doré, l'imaginaire au pouvoir" les lectures et recherches m'ont passionnées encore plus que de coutume. Si j'ai beaucoup aimé la présentation des talents moins connus de l'illustrateur, peintures, aquarelles, sculptures, je reste tout de même plus attachée aux illustrations gravées des oeuvres littéraires.

Gustave Doré pratique très jeune la lithographie et beaucoup plus tard l'eau forte, mais il n'a jamais gravé ses illustrations. Cela n'enlève rien à son immense talent de dessinateur, à sa créativité, à son imagination débordante et à son sens du spectaculaire. Il s'intéresse dès ses débuts au travail des graveurs avec lesquels il collabore.
La gravure sur bois, qui s'exécute en relief, marche de pair avec le caractère typographique. Si ses premières illustrations sont faites en "fac-similé" (le graveur dégage à l'aide d'un burin les traits posés par le dessinateur), Gustave Doré se tourne très vite vers la "gravure de teinte", introduite par Héliodore Pisan,  qui rend les nuances et les demi-teintes d'un lavis. Doré dessine directement sur le bloc de "bois de bout" au lavis ou à la gouache, il appartient ensuite au graveur de rendre les différentes nuances d'un dessin qui disparaît sous les tailles du burin.
Pour exécuter une "gravure de teinte", à partir d'un dessin au lavis où le sens des tailles n'est pas indiqué, il faut que le graveur puisse en faire une interprétation complète : tout est laissé à son initiative. Inutile de préciser qu'il doit être talentueux. Gustave Doré aura recours à de nombreux graveurs virtuoses : François Pannemaker et Héliodore Pisan, et d'autres moins connus, Eugène Sotain, François Pierdon, Auguste Trichon, Louis Dumont, Eugène Prud-homme, Jean Best, C.Laplante, Chapon, Plaud...Cette technique de "gravure de teinte" fera d'ailleurs l'objet de controverses, la "critique" lui reprochera de vouloir imiter la lithographie ou l'eau forte et de perdre le sens premier de la gravure sur bois. 

Mais revenons en Alsace, à Strasbourg, où naît le 6 janvier 1832 un petit Gustave, fils de Christophe Doré, Ingénieur des Ponts et Chaussées, et d'Alexandrine Pluchart. Le couple a déjà un fils Ernest né en 1829. Un troisième enfant Emile naît en 1834. Le rêve du père, polytechnicien, est que ses fils embrassent comme lui la fonction publique. Cela ne se réalisera pas pour Gustave (ni pour Emile qui sera musicien). Gustave couvre ses cahiers d'écolier de dessins alors qu'il n'a que quatre ans, sa pire punition est la confiscation de ses crayons. Il apprend aussi très jeune le violon, toute sa vie il en jouera en société.

En 1840 la famille s'installe à Bourg en Bresse où le père est muté. Gustave fréquente le collège puis l'école primaire supérieure. Il croque la société locale, emplit les marges de ses livres et de ses cahiers de dessins. En 1845, un artisan imprimeur local, Ceyzeiriat, publie un de ses dessins : "La vogue de Brou" où musiciens et danseurs sont représentés avec des têtes d'animaux.
f1.jpg

En 1847 Gustave se rend à Paris avec ses parents. Il rencontre Charles Philippon, Directeur du journal Le Charivari, qui reconnaît immédiatement son talent. Gustave s'installe rue Saint Paul, chez une parente de sa mère, Mme Herouville, et suit des cours au Lycée Charlemagne. Philippon publie "Les travaux d'Hercule" que Gustave  a composé, dessiné et lithographié, il n'a que quinze ans.
hercule2
 
Pour lire l'intégralité des Travaux d'Hercule cliquez :   link
   
En Avril 1848 Christophe Doré signe au nom de son fils un contrat d'exclusivité de trois ans avec Philipon pour la publication de caricatures dans le Journal pour rire qui vient d'être lancé. 

Sa mère ayant hérité d'un hôtel particulier rue Saint Dominique à Paris (aujourd'hui au n°7), la famille s'y installe après la mort du père en 1849. Gustave occupera toute sa vie une petite chambre contiguë à celle de sa mère.

Avec l'illustration de Rabelais en 1851 puis de l'Enfer de Dante, Gustave Doré devient célèbre. A dix neuf ans, le jeune homme a l'ambition de mettre en image tous les chefs-d'oeuvre de la littérature. Il dira plus tard "Je conçus, à cette époque le plan de ces grandes éditions in-folio dont le Dante a été le premier volume publié. Ma pensée était, et est toujours celle-ci : faire dans un format uniforme et devant faire collection, tous les chefs-d'oeuvre de la littérature soit épique, soit comique, soit tragique".

Sa carrière de peintre commence dès 1849. Il peint d'abord des paysages puis se rêve peintre d'histoire. Ses peintures ne remportent pas un grand succès au Salon.

Il développe son image de dandy inspiré et extravagant, il reçoit le tout Paris, fréquente les stars de l'époque, apparaît dans les réceptions de Napoléon III. Au coeur de la vie parisienne mondaine et musicale il est proche de Liszt, de Rossini, de Wagner et de Saint-Saëns. C'est un homme généreux qui subventionne un orphelinat à Courbevoie et distribue des fortunes dans les bas-fonds de Londres.


Portée par la publication de la Bible illustrée en 1861, sa notoriété passe les frontières françaises, l'impression est faite en Angleterre, en Espagne, en Hollande, en Amérique, en Russie ...

Dans les années 1870 ses peintures religieuses lui valent un grand succès à Londres. Deux galeristes londoniens ouvre une "Doré Gallery". Sculpteur durant ces mêmes années il traite les grands sujets romantiques (Le monument à Alexandre Dumas, place du général Catroux à Paris 17è, sera sa dernière oeuvre, achevée après sa mort).

En 1871, très marqué par l'annexion à l'Allemagne de son Alsace natale mais aussi par la violence de la Commune de Paris, il peint "l'Enigme" : une grande grisaille où sur un immense champ de bataille, la France aux ailes brisées, à l'attitude désespérée, interroge un sphinx.
huile sur toile 139x195,5cm - 1871 - Musée d'Orsay
dorc3a9_lc3a9nigme.jpg

En 1875 il expérimente la technique de l'aquarelle mais la vente publique à l'Hôtel Drouot est un échec commercial. Il n'obtiendra jamais la gloire en France. Quoi qu'il fasse, sa volonté de devenir un grand peintre se heurtera aux critiques violentes. Les frères Goncourt iront jusqu'à écrire à propos de deux toiles (Une soirée dans la campagne à Grenade et Souvenir de Savoie paysage) : "le papier peint vaut mieux". Cette remarque était on ne peut plus odieuse. Gustave Doré était un artiste très populaire et l'est encore, c'est peut-être cela qui, de tout temps, agace les "critiques".  Cette semaine encore dans Télérama : ".../sauf que Doré s'obstine à peinturlurer ses meilleures planches en immenses formats..../passons donc sur le peintre : y compris sur les paysages, trop nombreux dans l'exposition du musée d'Orsay".

Je ne suis aucunement "critique" et j'affirme, sans honte aucune, que les peintures religieuses monumentales de Gustave Doré m'impressionnent, que ses peintures poétiques et ses paysages me font rêver, que ses aquarelles me touchent autant que celles d'Hugo, et j'ai une admiration sans bornes pour l'illustrateur de plus de cent chefs-d'oeuvre de la littérature, Balzac, Rabelais, Dante, Cervantes, Hugo, La Fontaine, Perrault...qui a exécuté plus de dix milles dessins sur bois, mon admiration allant aussi aux graveurs qui ont interprété ses oeuvres.

Gustave Doré meurt d'une crise cardiaque le 23 janvier 1883. Il a 51 ans. Cent ans plus tard la rétrospective de Strasbourg lui reconnait enfin sa qualité de peintre. L'exposition de 2012, à Bourg en Bresse, là où avait été publié son premier dessin, montre ce que lui doivent certains des plus grands cinéastes : Cécil B DeMille et ses Dix Commandements, Jean Cocteau et La Belle et la Bête, les bas-fonds londoniens dans Harry Potter ou le vaisseau des Pirates des Caraïbes.

Au Musée d'Orsay ce sont tous les talents de cet autodidacte génial, prolixe et infatigable que l'on peut admirer, c'est à nouveau un très bel hommage qui lui est rendu.
EXPOSITION JUSQU'AU 11 MAI 2014


PEINTURES
Lac en Ecosse après l'orage - 1875-78? huile sur toile 90x130cm
    9341_937_Dore-Lac-en-Ecosse-apres-l-orage.jpg

Collines d'Ecosse, 1875 - huile sur toile 180?6x183,2cm - Roledo Museum of art

    ScottishHighlandsGustaveDore1875w2024-1280x772.jpg

Dante et Virgile dans le neuvième cercle de l'enfer - 1861 - huile sur toile - 315x450 - Bourg en Bresse - musée du monastère royal de Brou
Gustave_Dore_Dante_et_Vergil_dans_le_neuvieme_cercle_de_len.jpg

Le Christ quittant le prétoire - 1874-80 - Huile sur toile - 482x722 - Nantes musée des Beaux-Arts
800px-Le_Christ_quittant_le_pretoire-Gustave_Dore_-3-.jpg

Bataille d'Inkermann - siège de Sébastopol guerre de Crimée - 1856 - huile sur toile 480x500cm - Château de Versailles
bataille-d-inkermann.jpg
détail
bataille_inkermann_detail_0.jpg

Episode du Siège de Paris - 1870-71 - soeur de la Charité sauvant un enfant - huile sur toile - 97,8x130cm - détail - Le Havre - musée d'Art moderne

625x351-.jpg
DESSINS ET AQUARELLES
L'ascension du Mont Cervin - vers 1865 - Plume et encre brune, lavis d'encre de Chine, lavis brun et rehauts de guache blanche  - 79,5X59,5 - Musée d'Orsay

col02 dore 001z

Le Christ au roseau - 1874 - Plume et Pierre noire, rehauts de blanc 58x44cm. Pontoise musée Tavet
1874.jpg

Le fiacre au clair de lune - projet d'illustration pour" London,a Pilgrimage"- vers 1870 lavis brun, gouache blanche et grise 46,2x31cm - Strasbourg musée d'Art moderne

fiacre-au-clair-de-lune

Pauvresse à Londres - 1869 - Lavis, plume, rehauts de gouache blanche, 46,3cmx30,6cm - Strasbourg musée d'Art moderne
Gustave-Dore--1832-1883---Pauvresse-a-Londres.jpg

Le Néophyte - 1869 - Plume et encre noire - 56,8x68cm - Strasbourg - musée d'Art moderne et contemporain

4373574_6_a169_gustave-dore-le-neophyte-1869-plume-et_b7f07.jpg
Le rassemblement des troupeaux dans le bois de Boulogne vers 1870 - gouache et lavis brun 64,5x97,5cm - Musée d'Orsay
    dor_267.jpg
    Environs de Saint Malo - aquarelle
environ-de-st-malon-aquarelle-1874.jpg
LA SCULPTURE
Madone 1880 - Bronze H 79cm - Collection particulière
16593.jpg
Joyeuseté, dit aussi A saute-mouton - vers 1881 - Bronze H 36,5cm - Musée d'Orsay
301347.jpg
Statue d'Alexandre Dumas - PARIS 17e
pt56411.jpg

ILLUSTRATIONS GRAVEES

Roger monté sur son hippogriffe délivre Angélique - Roland furieux d'Arioste.
    dore-orlando-furioso

La légende du Juif errant de Pierre Dupont -

    14 -Dore La-l+®gende-du-juif-errantt-copie-1

L'Enfer de Dante
125ftjx1.jpg

pkxodnrx.jpg

huntr1tp.jpg

Pantagruel  de Rabelais

1004220-Gustave Dore illustration pour Pantagruel

tumblr_m2gkmy7yy91qaaik3o1_1280.jpg

Le petit chaperon rouge - Charles Perrault
1311144-Gustave_Dore_illustration_pour_le_Petit_Chaperon_r.jpg

Le lapin et les grenouilles - La Fontaine
dore_hare_frogsp.jpg

LA BIBLE - L'annonciation
l-annonciation.jpg

La destruction de Leviathan
la-destruction-de-Leviathan_Gustave_Dore.jpg

La vision de Zacharie
vision-de-zacharie.jpg
   
London - A Pilgrimage
Dore_London-copie-1.jpg
Gustave Doré en 1857
1857-copie-1.jpg  

Pour être certain d'être informé de la parution des articles inscrivez-vous à la NEWSLETTER en haut à droite de la page de garde. 

Commenter cet article

PASSION SCULPTURE 27/04/2014 15:56

MERCI POUR CE BEL ARTICLE - revenant enchantée par la découverte de cette exposition, j'apprécie tout particulièrement cet article. Je cherche des photos sur internet pour illustrer l'article que
je voudrais publier sur mon blog. Très contente de découvrir le vôtre. Je vais indiquer le lien au début de mon article.
Si certaines photos viennent de votre article et que vous voulez que je les enlève, je le ferai aussitôt; Quelle belle découverte que cette expo.

voir-ou-revoir 30/04/2014 07:40



Merci de votre com, votre enthousiasme pour cette expo rejoint le mien. Bonne journée. Amicalement



henri 10/03/2014 07:43

bonjour Michèle.un immense artiste en effet,que redécouvre et complète ma connaissance avec cet excellent reportage.j'ai trouvé dans un vide grenier(une réédition seulement)de l'intégralité des
fables de Lafontaine illustrés de cet artiste.SUPERBE!!!.bonne semaine et à bientôt.bises.henri

NISE 07/03/2014 11:25

J'applaudis ce bel hommage bien mérité, son remarquable travail ne peut laisser indifférent.J'aime beaucoup.Je mérite néanmoins le bonnet d'âne pour mon commentaire tardif. Qu'importe! je me
délecte tout autant à te lire et je t'embrasse très fort.

monique AL 03/03/2014 13:04

et bien,merci Michèle pour ce petit coup de colère auquel j'adhère pleinement... les critiques d'art prétentieux et stupides qui ne font que répéter des idées reçues et qui se prennent pour des
avions parce qu'ils écrivent dans des magazines soit-disant culturels : à la poubelle!!!
Monique AL

emma 02/03/2014 14:10

merci, Chère Michèle d'éclairer les profanes dont je suis sur les techniques de gravure, tout à fait passionnant - de lui, comme tout le monde, je connaissais la gravure puissante - moins les
peintures : la lumiere de l'eau dans "les collines d écosse" est une merveille, et la statue "joyeuseté " est fort intrigante

titi 01/03/2014 20:15

Quel talent ! C'est époustouflant ! J'aime beaucoup merci !
Bonne soirée !

domidel 01/03/2014 18:53

La lecture de cet article me donne très envie d'aller voir cette exposition. Je ne connaissais de Gustave Doré que les gravures et ses peintures sont une découverte pour moi. Merci !

rufus 01/03/2014 18:26

vous avez tout à fait raison, chère Michèle, de tout temps il semble qu'on ait voulu gommer le talent de peintre de Gustave Doré. Il nous faut tout de même reconnaître qu'il est présent dans un
certain nombre de grands musées ( merci à leurs dirigeants !)Merci aussi à vous, chère Michèle, pour votre défense remarquablement bien illustrée

Cath 01/03/2014 18:12

Merci Marraine pour cet interessant article. J aime beaucoup le Musee d'Orsay et j y allais tres souvent avant de me "retraiter" dans la Bretagne profonde.Je trouve que son architecture se prete
bien aux expositions et il est tres agreable a visiter. Grace a toi, je peux continuer a profiter des expositions parisiennes qui me manquent un peu ici.
Tendres Bisous
Cath