Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.

Publié le par voir-ou-revoir
Publié dans : #Graveurs
Caspar et Gertrude SCHONGAUER (le père de Caspar est originaire de SCHONGAU dans l'actuelle Bavière) arrivent en Alsace en 1440. Caspar est orfèvre. Ils auront cinq fils, Caspar, Ludwig, Martin, Paul et Jorg. L'ordre de naissance n'est pas connu mais Caspar est sans doute l'ainé puisqu'il porte le nom de son père et de son grand'père.
Caspar, Ludwig et Jorg deviennent orfèvres. Martin et Paul seront peintres.
Un portrait posthume de Martin de Hans Burgkmair se serait inspiré d'un détail du retable de Saint Ulrich à Ausbourg (1460-1465) où l'un des témoins de la scène à les traits de Martin. Ce portrait conservé à la Pinacothèque de Munich porte une inscription au dos : "Maître Martin Schongauer, peintre, nommé le beau Martin par rapport à son art, né à Colmar, mais du chef de ses parents bourgeois d'Ausbourg, Noble d'origine. Mort à Colmar l'an 1499 le 2 février. Dieu lui fasse grâce. et moi Hans Burgkmair je fus son disciple en 1488".
Portrait par Hans Burgkmair (1510-1515)
hans-burgkmair-martin-schon-1523-n-4040133-0
Le portrait de Burgkmair inspiré du retable d'Ausbourg (un jeune homme d'une vingtaine d'année) permet d'estimer la date de naissance de Martin vers 1440-1445 au moment ou la famille s'installe à Colmar.  
                                   
détail du retable de Saint Ulrich (1460-1465) Eglise Saint-Ulrich et Sainte Safra à Ausbourgmartin-1

1846 - Portrait de Martin Schongauer par joseph Moesl d'après Burgkmair
martin-2

Tout jeune Martin travaille dans l'atelier d'orfévrerie dirigé par son père, ce qui explique sa dextérité au burin.
Martin a du s'entraîner très tôt à reproduire des motifs répétitifs, rinceaux et fleurons qui ornent les pièces d'orfévrerie et les références à ces dernières sont nombreuses dans les gravures de Martin : couronne, crosse, croix, encensoir, coupe, sceptre etc.. ainsi que le porte-cierge de la "dormition de la vierge" morceau de bravoure dont la base ne mesure qu'un centimètre  carré.
Rinceau d'ornements à la touffe de gazon - 1480-1485 - burin -  rinceau-d'orneament

La dormition de la Vierge - burin - 140-1475 25,5x16,8 cm -  la-dormition-de-la-vierge
détail  du porte-cierge
détail
Ce talent de graveur lié à une formation d'orfèvre s'applique aussi au Maitre ES (actif au XVè siècle) ainsi qu'à Dûrer (1471-1528) fils d'orfèvre.
Martin SCHONGAUER est avant tout connu pour ses gravures (116 pièces). Ses peintures réalisées sur panneau de bois, comme il est d'usage à l'époque, ne sont que sept dont la plus célèbre "la vierge au buisson de roses", auxquelles il faut ajouter les fresques de l'église Saint-Etienne de Vieux-Brisach sa dernière création (1488-1491).
Il est le premier graveur dont l'identité  soit connue. Avant lui les graveurs sur cuivre ne signaient pas leurs oeuvres. Ce sont les historiens qui leur donnèrent un nom en fonction d'un élément récurent dans leurs oeuvres ou d'un titre d'une oeuvre principale (Le Maître aux banderoles, le Maître du livre), par suite par leur initiales (Maître ES).
Sur toutes les estampes de Martin SCHONGAUER figure un M+S, initiales de son prénom, séparées par une croix formant un arc en dessous (sans doute le croissant de lune des armoiries de la famille SCHONGAUER).
Son oeuvre comporte essentiellement des sujets religieux tirés du nouveau testament, 29 sujets profanes, des motifs ornementaux et quelques motifs d'animaux.
Martin SCHONGAUER moins bien organisés que le sera Dürer a pourtant inondé l'Europe, Espagne et Italie, France jusqu'à Prague et Cracovie, de ses estampes. Elles permettaient un accès à la création contemporaine et la diffusion rapide de modèles iconographiques. Avec la diffusion de ses gravures Martin SCHONGAUER a influencé profondément l'art du Rhin supérieur.
En 1492, Albrecht Dürer fit lors de son premier voyage de compagnonnage un passage à Colmar pour venir rendre hommage à celui qu'il considérait comme son Maître, mais Martin était mort le 2 février 1491 au Vieux-Brisach.
Saint Jean à Patmos - burin - 15,9x11,2cm - 1485-1491
st-jean
L'adoration des mages - burin - 1470-1475
nativité
Le grand portement de croix (détail) burin - 28,6x42,7 cm - 1475-1480
le-portement-de-croix2
Le combat de Saint Jacques à Clavijo - burin - 1475-1480
le-combat-se-st-jacques-à-C
Vierge de l'annonciation - burin - 1485-1491
vierge1
Ange de l'annonciation - burin - 1485-1491
ange
      La Vierge au perroquet - burin - 16 x 11,4cm - 1470-1475
la-vierge-au-perroqueyt
A LIRE - SCHONGAUER A COLMAR - Edition Ludion - où l'on retrouve aussi ses peintures
    

Commenter cet article

Lucien 02/05/2012 13:21

Tous ces burins anciens, des origines de la technique pour ainsi dire, tu as du passer un moment très enrichissant. Merci de le partager dans ton blog. Amitiés.