Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.

Publié le par voir-ou-revoir
Publié dans : #Expositions à Paris

Marie Sophie Olga Zénaïde Godebska est née à St Petersbourg le 30 Mars 1872. Son père Cyprian Godebsky, polonais,  est un sculpteur (1) connu en son temps mais qui n'a pas la renommée de Rodin. Sa mère, Sophie Servais, fille du violoncelliste belge Adrien-François Servais,  meurt en la mettant au monde. Elle aurait été élevée en Belgique par sa grand'mère maternelle, puis elle entre en pension en 1882 au couvent des Soeurs du Sacré-coeur de Jésus (actuel musée Rodin).
Chez sa grand'mère elle rencontre Liszt. Elle devient une pianiste talentueuse, et donne des cours qui l'aident à vivre de façon indépendante. Son premier concert à lieu à Paris en 1892.
Elle épouse en 1893, Thadée Natanson, un lointain cousin, fondateur de la "Revue Blanche".
Elle se fait connaître dans le milieu artistique parisien par son talent et sa grande beauté et devient égérie et modèle de Bonnard, Vuillard, Vallotton, Toulouse Lautrec, Renoir, Odilon Redon .
Elle fréquente Mallarmé, Proust (qui s'inspira d'elle pour le personnage de Madame Verdurin) , Satie, Colette, Picasso, Serge Lifar.
En 1905 après un divorce douloureux elle épouse le richissime Alfred Edwards et fait de nombreuses croisières sur le luxueux yacht "l'Aimée". (Edwards la quittera pour l'actrice Geneviève Lantelme dont la mort par noyade lors d'une croisière sur l'Aimée restera inexpliquée). 
Son appartement devient le lieu de rencontre des célébrités, ses amis l'appelle Misia, les journalistes la "reine de Paris".

Elle se lie avec Serge de Diaghilev et contribue à faire connaître les Ballets Russes. Elle devient amie de Nijinsky, Stravinski, Cocteau et Ravel qui compose pour elle "La valse".
Elle se marie en 1920 avec José Maria SERT, peintre espagnole (voir article page suivante de ce blog : Le titan à l'oeuvre - exposition au Petit Palais ), SERT tombe amoureux  de la "princesse" georgienne Isabelle Roussadana, Roussy, et l'épouse en 1927. Misia conservera malgré tout le nom de Misia SERT jusqu'à sa mort à Venise en 1950.
De très belles oeuvres sont présentées dans cette exposition, mais  j'ai eu aussi un très grand plaisir à lire  "Misia" d' Arthur Gold et Robert Fizdale (folio poche 1522)  qui nous immerge dans le foisonnement artistique du début du XXè siècle, sans doute un peu romancé mais très passionnant.

 (1) - on peut voir des oeuvres de Cyprian Godebsky à la pointe du Raz - Statue de Notre Dame des Naufragés en marbre de carrare ; au cimetière Montmartre - statue de Calliope sur la tombe de Théophile Gautier ; au Louvre - la buste de Henry Barbet de Jouy. 

 

  052-misia sert

 

 038-misia sert

 

 77848-misia-reine-de-paris-musee-orsay-paris-exposition-mis

 MISIA par BONNARD

 Bonnard-Misia-c.-1907-1914-600x417

 

 missia bonnardimages

 

 misia-bonnard

 

Misia avec Toulouse Lautrec

 Misia2

 

 MISIA par TOULOUSE LAUTREC

 

 Toulouse-Lautrec, Mme Thadée Natanson (Misia Godebska) at

 

 misia

 

 MISIA par VUILLARD 

 

10-Vuillard-Misia-et-Mimi-Tasses-noires 380px

 

 vuillard-misia

 

 MISIA par VALLOTTON

 

misia-a-son-bureau-felix-vallotton-1264158878

 
MISIA par RENOIR
misia renoir 1903-530x687


MISIA à Venise

 022-misia sert

 
Notre Dame des Naufragés - Pointe du Raz - Cyprien Godebsky

Notre-Dame des Naufragés C Godebski pointe du raz

 

 

Commenter cet article

Cath 10/09/2012 19:56

Je suis allee voir cette expo cet ete et j'ai vraiment aime. Je ne connaissais pas Misia, mais quelle femme !quelle vie dans le sillage des grands noms de son epoque et quel destin !
Les femmes sans histoire ne font pas l'histoire...
Affectueuses pensees et gros bisous
Cath

margareth 21/08/2012 11:20

Misia. Je me rappelle un ouvrage dans lequel il était beaucoup question de cette femme, bien qu'il ne lui ait pas été nommément consacré. Mais je n'arrive pas à me souvenir de qui il pouvait être.
En tout cas, ton article qui la replace dans cette époque de bouillonnement artistique et littéraire est passionnant.

voir-ou-revoir 21/08/2012 16:18



Bonjour Margareth, merci de ton commentaire, je suis touchée par ta fidélité. Cocteau s'est fortement inspirée de Misia pour écrire "Les parents terribles", et Proust pour Mme Verdurin. Mais il y
en a sans doute d'autres ouvrages ... lis le "Misia" dont je donne la référence dans l'article, tu retrouveras tout ce bouillonnement artistique, c'est une lecture passionnante du début à la fin.
Amitiés



Rufus 17/08/2012 20:02

Encore une découverte grace à vous, chère Michèle . Vous nous donnez, une nouvelle fois, l'envie de suivre vos pas ... Mais nous osons dire à notre graveur talentueux que les vacances vont finir,
que votre burin se doit lui aussi à vos fidèles .