Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.

Articles avec #expositions province catégorie

Publié le par voir-ou-revoir
Publié dans : #Expositions Province
Joaquin SOROLLA - Musée des Impressionnismes de Giverny - sept.2016

"Peintre !... Rien d'autre que peintre !... je n'ai jamais voulu être, ne veux et ne serai jamais rien d'autre qu'un peintre" Joaquim Sorolla

Au départ rien ne semblait pourtant facile. Né en 1863, orphelin très jeune, Sorolla est recueilli par sa tante et son oncle maternels.

Un photographe, Antonio Garcia Peris le fait travailler dans son atelier comme coloriste photographe. Plus tard, la production du jeune Joaquim en portera les traces notamment avec les cadrages de ses compositions en plongée et contre-plongée.

Sorolla étudie très tôt la peinture et s'imprègne des œuvres au Musée du Prado, en particulier Vélasquez.

Il entre aux Beaux Arts de Valence, obtient une bourse pour partir à Rome parfaire ses connaissances classiques.

Il se rend régulièrement à Paris, fréquente Bonnat, Rodin. Il s'intéresse à l'impressionnisme, connait le fauvisme et autres courants. Il découvre aussi les peintres nordiques dont les coloris vifs et lumineux l'inspireront.

Dès le milieu des années 1890, Sorolla reçoit de prestigieuses récompenses, dont le grand prix de l'exposition universelle de 1900 pour "Triste héritage".

photo web - toutes les photos qui suivent MP

photo web - toutes les photos qui suivent MP

En 1906 sa première exposition personnelle à Paris est un succès.

Son prestige grandit et s'étend lors d'expositions internationales. Il expose à l'Hispanic Sociéty of America de New-York en 1909 et l'immense succès qu'il remporte incite le fondateur de l'institution, Archer Milton Huntington, à lui commander un grand décor pour sa bibliothèque.

Joaquim Sorolla a épousé Clothilde, la fille du photographe Garcia Peris. Ils ont eu trois enfants, Maria, Joaquim et Elena. La famille est au cœur de ses préoccupations. Sa femme et ses enfants sont ses modèles favoris et une source permanente d'inspiration.

Elena parmi les roses - 1887

Elena parmi les roses - 1887

mère - 1895

mère - 1895

Les plages de Valence, les pêcheurs, les scènes de baignades sont aussi des motifs de prédilection. Comme Monet il se passionne pour les reflets.

En 1920 alors qu'il travaille à un portrait dans son jardin, il est frappé par une attaque d'hémiplégie. Il ne reprendra pas ses pinceaux. Il meurt trois ans plus tard.

En 1926, Clothilde léguera les collections et la maison familiale à l'Etat espagnol afin que soit créé un musée à la mémoire de son mari. Le musée Sorolla est situé près de Pasco de Castellana dans un quartier élégant de Madrid. Magnifique demeure, au décor reconstitué grâce aux nombreuses photographies retrouvées. Une grande partie des œuvres de Sorolla peintes dans les lieux mêmes y sont exposées. Sorolla avait fait construire cette grande maison en 1911. Il créa lui même ses jardins, pour lui et sa famille, havre de paix et de beauté qu'il peindra une quarantaine de fois entre 1917 et 1920.

1898 - cousant

1898 - cousant

1898 cousant - détails
1898 cousant - détails
1898 cousant - détails

1898 cousant - détails

1900 - la préparation des raisins secs

1900 - la préparation des raisins secs

1902 nu

1902 nu

1903 - Pêcheur à Valence

1903 - Pêcheur à Valence

1903 - Enfants au bord de la mer

1903 - Enfants au bord de la mer

détail

détail

1904 - l'été

1904 - l'été

1904 - l'heure du bain

1904 - l'heure du bain

l'été et l'heure du bain - détailsl'été et l'heure du bain - détails

l'été et l'heure du bain - détails

1905 - Le bateau blanc

1905 - Le bateau blanc

1905 - nageurs

1905 - nageurs

1906 - Biarritz1906 - Biarritz1906 - Biarritz

1906 - Biarritz

1907 - Maria peignant

1907 - Maria peignant

1919 - Elena à la Cale de Saint Vicente

1919 - Elena à la Cale de Saint Vicente

La magnifique exposition de Giverny présente de nombreux tableaux très attachants. On y retrouve toute l'affectivité de Sorolla dans des blancs éblouissants : éblouissement de l'amour.

 Mère

Mère

A ne pas manquer, jusqu'au 6 Novembre

Voir les commentaires

Publié le par voir-ou-revoir
Publié dans : #Expositions Province

Au bord de la petite rivière l'Yerres, affluent de la Seine, dans la ville qui porte le même nom, Martial Caillebotte, riche entrepreneur parisien, fait l'acquisition en 1860 d'une belle demeure et d'un grand parc pour installer sa famille en été. Son fils Gustave, alors âgé de douze ans, y fera des séjours réguliers jusqu'à la vente de la propriété en 1879.
Bachelier, puis licencié en droit, Gustave Caillebotte est reçu, en 1873, au concours des Beaux-arts mais n'y reste qu'une année. Son père décède en 1874 lui laissant un héritage assez considérable qui lui permettra de se consacrer à ses passions.
Dans le parc d'Yerres, Caillebotte trouve son inspiration pour peindre des paysages, des scènes de baignade et de canotage sur la rivière. Il réalise aussi des portraits de la famille et des amis reçus à la propriété.
Gustave Caillebotte sera un mécène pour son cercle d'amis impressionnistes. Il aidera Pissarro, Renoir, Monet, leur achetera des toiles. Il fera également l'acquisition d'oeuvres de Degas, Manet, Sisley. En léguant sa collection à l'Etat, Caillebotte ouvrira aux impressionnistes les portes des musées nationaux.
La peinture n'est pas sa seule passion, s'y ajoutent celles de la philatélie, de l'horticulture et du nautisme.
Avec son frère Martial (compositeur, pianiste et photographe) Gustave s'initie au yachting, participe aux régates d'Argenteuil. D'abord simple acheteur de voiliers, il construit vite des prototypes (le plus célèbre "Roastbeef" a vocation d'affronter, en régates, les Anglais). Il possédera quatorze voiliers de course avec lesquels il remportera des centaines de prix.

Gustave Caillebotte décède en 1894, d'une congestion cérébrale, il a quarante cinq ans. 

Son rôle de mécène reconnu, son talent de peintre a été longtemps méconnu, sauf aux Etats-Unis où il exposa régulièrement. Il fut redécouvert grâce aux collectionneurs américains et aux expositions montées à Houston et Brooklyn en 1976. A Paris, le Grand Palais  lui a consacré une rétrospective en 1994/1995, et le Musée Jacquemart André une exposition en 2011 "Dans l'intimité des frères Caillebotte" mettant en parallèle ses peintures et les photographies de Martial.
Quelques uns de ses tableaux, dont le plus célèbre "Les raboteurs de parquet" (refusé au Salon de 1875) se trouvent désormais au Musée d'Orsay à Paris.
102x146,5cm - huile sur toile
1280px-Gustave_Caillebotte_-_The_Floor_Planers_-_Google_Art.jpg
La commune d'Yerres est propriétaire du domaine depuis 1973. L'exposition qui s'y tient actuellement (c'est le centenaire de la mort du peintre) permet de découvrir 43 tableaux de Caillebotte.
J'ai éprouvé un réel plaisir à les retrouver au cours d'une promenade dans le parc. Gustave  Caillebotte marche à mes côtés dans les allées, j'admire les arbres remarquables, l'ondulation des pelouses, les iris jaunes du petit plan d'eau, l'opulence du jardin potager. Comme lui je m'arrête au bord de l'Yerres, le regard attiré par les scintillements et les reflets, en prêtant l'oreille j'entends les cris des baigneurs, j'imagine qu'une périssoire passe, les pales de la pagaie fendant l'eau, je crois apercevoir un pêcheur à la ligne et une petite fille... Dans ce parc, Caillebotte a fait des esquisses qu'il retravaillait à l'atelier. Là, devant moi, sa peinture revit. C'est l'intérêt de l'exposition : être sur le lieu de la création.



L'Yerres dans la propriété - photo MP
SAM_5375-copie-1.JPG 

Les trois tableaux qui suivent sont réunis en triptyque, dans la première salle de l'exposition, comme   Caillebotte les avait présentés lors de la quatrième exposition impressionniste à Paris en 1879.
huiles sur toile - 157x113cm :   - 1877/1878 - photo web  

Pêche à la ligne avec Zoé -  collection particulière
G__Caillebotte_-_Pecheur_au_bord_de_l-Yerres.jpg

Baigneurs au bord de l'Yerres - collection particulière

G__Caillebotte_-_Baigneur_s-appretant_a_plonger.jpg

Périssoire sur l'Yerres - Musée de Rennes
G__Caillebotte_-_Les_Perissoires_-1878-.jpg

Jardin à Yerres - huile sur toile - 59x81cm - 1876 - Collection particulière -photo web
Le-jardin-a-Yerres.jpg

Le Chalet suisse et le Casin (bâtiment principal de la propriété) -
le parc comporte différentes "fabriques d'ornementation" traduisant le goût de l'exotisme (l'Italie pour le Casin, le Japon pour le banc couvert, l'orient pour le Kiosque...)photo MP

SAM_5396.JPG
   
SAM_5410-copie-1.JPG

Yerres - dans la Ferme, la volière - huile sur toile - 1872
1872 yerres ferme ornementale voliere

La ferme - au fond l'entrée du Musée - photo MP
SAM_5369.JPG
   
La volière - photo MP
SAM_5371.JPG

Yerres - effet de lumière - huile sur toile - collection particulière - photo web
1872 yerres effetdelumiere

Yerres - Les bouleaux - huile sur toile - collection particulière - photo web
lesbouleauxhst7071.jpg

Peintre sous son parasol - huile sur toile - 65x60cm - collection particulière - photo web
Gustave-Caillebotte---The-Painter-under-His-Parasol-.jpg
   
SAM_5402-copie-1.JPG

Le banc couvert - photo MP
SAM_5364-copie-1.JPG

Le kiosque et la glacière

SAM_5394.jpg
      
Le parc de la propriété à Yerres 1875 - 65x92cm- huile sur toile - collection particulière
Gustave-Caillebotte-Le-parc.jpg

Le parc et l'orangerie depuis le Casin - photo MP
SAM_5367-copie-1.JPG

 Le jardin  potager 1877- huile sur toile 6 60x73cm - collection particulière
caillebotte_potager7578hst.jpg

Le jardin potager - photo MP
SAM_5393.JPG

     
SAM_5388.jpg

Canotier au chapeau de forme - vers 1877 - 90x117cm - huile sur toile - collection particulière - photo web
canotiers_600_440_0.jpg

Photo de Martial Caillebotte -  web
Martial-Caillebotte-Maurice-Minoret-ramant.jpg
       
Périssoires sur l'Yerres - huile sur toile - Milwaukee Museum
perissoires-sur-l-yerres---milwaukee-museum-771.jpg

L'Yerres dans la propriété
SAM_5376.JPG

Effet de pluie - huile sur toile 1875 - 81x59cm - Indiana University Art Museum - Bloomington -  photo web
G__Caillebotte_-_L-Yerres-_pluie.jpg

Les nymphéa 1872  - huile sur toile - 19x28cm - collection particulière
p-hd-3bjpg.jpg

Petit plan d'eau - photo MP
SAM_5374.JPG

Trois tableaux exposés n'ont pas été peints à Yerres dont "Les régates à Argenteuil" et Boulevard vu d'en haut" qui représente une vu plongeante au cadrage unique dans la peinture du XIXe siècle.
Regates-a-Argenteuil

caillebotte_boulevard_vu_d_en_haut.jpg

Un coup de coeur pour l'autoportrait de Caillebotte  
au chapeau d'été - 1873-1874 - huile sur toile 44x33cm
Autoportrait-au-chapeau-d ete

et pour ce petit tableau :    
Coucher de soleil - 4ème effet - 21x31cm - 1878 - collection particulière


1878_pelouse_dansleparc_coucher_desoleil_4e_effet.jpg

L'exposition se termine le 20 Juillet. PROPRIETE CAILLEBOTTE - 8 rue de Concy - 91330 YERRES

Voir les commentaires