Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voir-ou-revoir

Voir-ou-revoir

Mes visites d'expositions, de musées et autres lieux culturels.


Pieter BRUEGEL - Les Apiculteurs - Décembre 2020

Publié par voir-ou-revoir sur 22 Décembre 2020, 15:35pm

Catégories : #Oeuvres, #Peintres

Pieter BRUEGEL - Les Apiculteurs - Décembre 2020

Lorsque Pieter Bruegel exécute ce dessin, en 1568, il a une quarantaine d’années. Il demeure à Bruxelles, alors centre politique des Pays Bas. Sa maison se trouve probablement 132 rue Haute, principale voie d’accès au centre-ville. Il y demeure avec son épouse, Meycken, fille de Pieter Coecke van Aelst (dont il a été l’élève), qu’il a épousée en 1563, et ses fils, Pieter le Jeune, âgé de 4 ans, et Jan qui vient de naître. Brueghel était auparavant établit à Anvers, mais en 1562 sa future belle-mère exigea qu’il s’installe, avant son mariage, à Bruxelles pour l’éloigner de la servante avec laquelle il vivait.

Maison de Brueghel à Bruxelles

Maison de Brueghel à Bruxelles

Il y a peu de document sur la vie de Pieter Bruegel, sa date de naissance non loin de Breda en Flandres est approximative, basée sur son admission à la Guilde de St Luc en 1551. A Anvers à partir de 1555, il exécute des dessins destinés à être gravés (une centaine selon le spécialiste Louis Lebeer), puis édités parJérôme Cock.

Bruegel ne se met à peindre qu’à partir des années 1558., Niclaes Jonghelinck et Hans Frankaert, joaillier, lui commandent de nombreux tableaux. Frankaert devient son ami et ils vont ensemble aux kermesses et aux noces villageoises, déguisés en paysans, se disant de la famille et offrant des cadeaux : Bruegel aime rire, on le surnomme « Pieter le drôle ».

Brueghel - Le Peintre et l'Acheteur

Brueghel - Le Peintre et l'Acheteur

Mais revenons à 1568 et supposons que l’on est fin juillet.

C’est la période de récolte du miel, Bruegel se promène dans la campagne bruxelloise, peut-être a-t-il emporté son carnet de dessin. Au détour d’un chemin, il s’arrête devant une scène étrange : trois personnages, têtes tubulaires, faces toile d’araignée tressée en osier, sont revêtus de longues blouses à capuches en toile écrue et transportent de grands paniers : l’un le porte, un autre tente de l’ouvrir ou le fermer, le troisième, bras ballants l’a sans doute posé et se déplace en somnambule.

Pieter BRUEGEL - Les Apiculteurs - Décembre 2020
Pieter BRUEGEL - Les Apiculteurs - Décembre 2020
Pieter BRUEGEL - Les Apiculteurs - Décembre 2020

Ce sont des apiculteurs, Bruegel le sait mais je le crois surpris, amusé, par leurs accoutrements et leurs têtes inexistantes. Les personnages lui apparaissent sans doute fantastiques : fantômes sans âme ou sorciers qui se rapprochent des visions surréalistes de Jérôme Bosh.  Bruegel «... était un homme tranquille, sage et discret ; mais en compagnie il était amusant et il aimait faire peur aux gens ou à ses apprentis avec des histoires de fantômes et mille autres diableries » (1) ,

J. Bosch - La tentation de Saint Antoine et l'Enfer

J. Bosch - La tentation de Saint Antoine et l'Enfer

Un des personnages a-t-il terminé son ouvrage ? Il grimpe dans l’arbre et tente de saisir quelque chose : est-il un nouveau  «  Dénicheur »  ?

Pieter BRUEGEL - Les Apiculteurs - Décembre 2020
Brueghel - Le Paysan et le Dénicheur - détail

Brueghel - Le Paysan et le Dénicheur - détail

Brueghel - Le Paysan et le Dénicheur - 1568

Brueghel - Le Paysan et le Dénicheur - 1568

Bruegel fait peut-être un petit croquis et de retour dans son atelier il exécute un dessin à la plume.

L’année 1568 est une année sombre pour les Pays-Bas gouvernés par Marguerite de Parme, elle marque le début de la guerre de Quatre-Vingts ans et la tentation d’invasion de Guillaume d’Orange qui tournera court par manque d’argent pour payer les mercenaires. L’inquisition avait été officiellement introduite depuis 1524 et malgré une oppression accrue, les manifestations des protestants se multipliaient à travers le pays. Les nobles s’étaient regroupés pour demander la fin des persécutions, ils seront méprisés par Marguerite de Parme et considérés comme des « gueux ». La disette liée aux mauvaises récoltes de 1565 a provoqué également révolte et vandalisme.

Bruegel subit les évènements qui se déroulent dans son pays comme nous subissons les nôtres, mais il continue de vivre, comme nous-mêmes vivons. Il n’arrête ni de peindre, ni de rêver.

Alors, a-t-il mis dans ce dessins des allusions aux évènements qui se déroulent à cette époque, comme cela a souvent été développé au cours des siècles :

« Le contenu de cette œuvre est énigmatique et doit être examiné dans le contexte politico-religieux des Pays-Bas espagnols de la fin des années 1560. Il semble adressé aux groupes antagonistes de l’inquisition et des Protestants. Bien que l’artiste semble avoir été un catholique sincère, accomplissant les obligations exigées par l’Eglise romaine, il pourrait exprimer là une condamnation voilée aux œuvres de l’inquisition, et, peut-être même, plus négativement encore, une adhésion au Protestantisme. (2) »

Le proverbe flamand qui se trouve en bas du dessin traduit par : « Celui qui sait où est le nid a la connaissance/ Celui qui le vole a le nid », a suscité également des interprétations dont une : « les apiculteurs pourraient dès lors figurer les catholiques restaurant l'Eglise (le rucher) ou des églises et leurs paroissiens (les ruches et les abeilles), alors que le jeune dénicheur dans l'arbre serait le protestant agissant et iconoclaste »

A-t-il dessiné en s’appuyant sur ces explications, élaboré une construction complexe et politique avant de s'emparer de sa plume, ou bien a-t-il simplement illustré une scène dans laquelle il a vu, comme je le ressens, l’étrangeté, l’irréel, l'amusant ? 

Je crois en la spontanéité de la création artistique, même si inconsciemment elle est imprégnée de ce que l’artiste vit, non en un échafaudage intellectuel de ce qu’il va créer. A postériori on peut tout faire dire à une œuvre, tout et parfois n’importe quoi.

Dominique Lampson, humaniste et poète (1532-1599) qui travaille pour le même éditeur que Brueghel, adresse à Pieter Breughel les vers suivants :

« Est-ce un autre Jérôme Bos,
Qui nous retrace les vives conceptions de son maître,
Qui, d'un pinceau adroit, fidèlement nous rend son style,
Et même, en le faisant, encore le surpasse ?
Tu t'élèves, Pierre, lorsque par ton art fécond,
À la manière de ton vieux maître tu traces les choses plaisantes.
Bien faites pour faire rire ; avec lui tu mérites
D'être loué à l'égal des plus grands artistes. »

« Les Apiculteur » me semblent faire partie de ces choses plaisantes.

Bruegel meurt en septembre 1569. Il ne connaîtra pas le destin de ses fils qui deviendront deux grands peintres, l’un Pieter le jeune, dit Bruegel d’Enfer, l’autre Jan Bruegel l’ancien sous le nom de Bruegel de Velours.

Bruegel a influencé de nombreux artistes jusqu’à nos jours, dans « Les Apiculteurs » je retrouve Giorgo de Chirico et aussi le côté cubiste qui pourrait se rapprocher des œuvres tubulaires de Fernand Léger.

Giorgo de Chirico - Les Archéologues - 1926

Giorgo de Chirico - Les Archéologues - 1926

Fernand Léger - Les Foreurs - 1916

Fernand Léger - Les Foreurs - 1916

  1. Carel Van Mander (vers 1618)
  2. Théories de Jetske Sybesma, explorés par Rodolfo Millau-Illena en 1980

Et quelques autres dessins et gravures de Brueghel ...

Brueghel gravé par Jan et Lucas van Duetecum - Paysage - 1555

Brueghel gravé par Jan et Lucas van Duetecum - Paysage - 1555

Brueghel - Pêche au bord d'un ruisseau - dessin

Brueghel - Pêche au bord d'un ruisseau - dessin

Brueghel - Paysage Alpestre

Brueghel - Paysage Alpestre

Brueghel - Paysage

Brueghel - Paysage

Brueghel - Gravure - Paysage Alpin

Brueghel - Gravure - Paysage Alpin

Brueghel - La Chasse au Lapin sauvage

Brueghel - La Chasse au Lapin sauvage

Brueghel gravé au burin par Pieter van der Heyden

Brueghel gravé au burin par Pieter van der Heyden

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lydia 26/12/2020 10:08

c'est, comme toujours, passionnant, instructif et beau!
merci merci merci, et gros bisous

christine lefevre bertrand 23/12/2020 17:30

Passionnant ma Mimi... Passe de bonnes fêtes.. Bisous

emma 23/12/2020 10:34

passionnant, en effet, merci, Michèle, et j'applaudis à ta remarque " A postériori on peut tout faire dire à une œuvre, tout et parfois n’importe quoi. " En effet, la plupart du temps les choses SONT ce qu'elles paraissent être, sans chercher midi à 14 heures -mais il faut croire que chacun a besoin de plaquer ses propres pensées ou croyances, de même que chacun voit des figures dans les nuages - bien sympathique , Pieter, avec sa joie de vivre et son petit dénicheur qui semble contemporain

Rufus 22/12/2020 18:01

J'ai beaucoup apprécié votre article, chère Michèle, il est très rempli et finement complété. Merci chère Michèle

almanito 22/12/2020 17:56

Comme toujours passionnant te lire, Michèle.
Je te souhaite de bonnes fêtes de fin d'année

Articles récents